Hamon ne voit "pas bien la cohérence" de Rugy à rallier Macron

  • A
  • A
Hamon ne voit "pas bien la cohérence" de Rugy à rallier Macron
@ FRANCISCO LEONG / AFP
Partagez sur :

Le candidat socialiste a critiqué la décision de l'écologiste, qui a choisi de faire campagne pour Emmanuel Macron à la présidentielle. 

Benoît Hamon ne "voi(t) pas bien la cohérence" du ralliement de François de Rugy, représentant du Parti écologiste et candidat à la primaire socialiste, à Emmanuel Macron. "Pour un écologiste, je ne vois pas bien la cohérence de rallier Emmanuel Macron sur le fond, notamment sur le fond du projet écologiste", a déclaré le candidat socialiste à l'élection présidentielle lors de l'émission "Questions d'info" LCP-Le Monde-franceinfo-AFP.

Pour Hamon, Macron "a partie liée avec beaucoup d'intérêts industriels." "Je pense qu'il (Emmanuel Macron, ndlr) a partie liée avec beaucoup d'intérêts industriels", a poursuivi Benoît Hamon en s'interrogeant sur "les choix politiques qu'il fera demain sur la question de la transition énergétique, la capacité qu'il aura ou pas à entraîner l'industrie automobile à faire le choix de la motorisation électrique plutôt que le diesel, la capacité qu'il aura à résister à un certain nombre de grands lobbies chimiques, pétroliers, pharmaceutiques". "Je considère qu'Emmanuel Macron n'a pas la colonne vertébrale ni la volonté d'avancer sur ces questions", a estimé le député des Yvelines.

De Rugy "préfère la cohérence à l'obéissance." Comme tous les candidats à la primaire socialiste, François de Rugy s'était pourtant engagé à soutenir le vainqueur du scrutin, en l'occurrence Benoît Hamon. Emmanuel Macron, lui, n'avait pas participé à cette consultation. "Je préfère la cohérence à l'obéissance", s'est justifié François de Rugy. Benoît Hamon est actuellement engagé dans des discussions avec plusieurs partis, notamment Europe Ecologie-Les Verts de Yannick Jadot et La France insoumise de Jean-Luc Mélenchon, afin d'optimiser les chances de la gauche de figurer au deuxième tour de l'élection présidentielle, probablement contre la candidate du Front national Marine Le Pen.