Et Fillon s'est mis à l’humour

  • A
  • A
Et Fillon s'est mis à l’humour
@ MaxPPP
Partagez sur :

LOL - Lors de son meeting à la Mutualité, le député de Paris a multiplié les formules chocs.

Troisième volet de l’opération "retour au premier plan". Après son intervention sur TF1 dimanche soir et son interview au Monde mardi, François Fillon avait donné rendez-vous à ses soutiens, mardi soir, à la Mutualité. L’occasion pour lui d’égrener ce qui ressemble fort à un  programme pour 2017. Mais pas en question, a-t-il prévenu, d’"utiliser des formules pour faire le spectacle." Une promesse non tenue.

>> A LIRE AUSSI : Fillon affiche ses ambitions pour 2017

Alors que la boutade de François Hollande au Salon de l’Agriculture a fait bondir de rage l’opposition, l’ancien Premier ministre a en effet joué à son tour la carte de l’humour, pour le plus grand plaisir des présents, peu habitués aux envolés humoristiques du Sarthois. Avant un discours touffu sur l’immigration, l’Europe ou le travail, François Fillon s’est amusé. Europe1.fr aussi :

L’anaphore de François Hollande lors du débat d’entre-deux-tours avec Nicolas Sarkozy est restée dans les mémoires, y compris celle du député de Paris : "Moi président de la République, je ferais en sorte que mon comportement soit exemplaire…" lance-t-il d’abord, avant de glisser, taquin : "je ne savais pas Madame Royal experte des flux financiers !". Une allusion au nouveau rôle de l’ancienne compagne de François Hollande à la Banque publique d’investissement (BPI). Et de conclure sur ce thème : "avec la promotion Voltaire (du nom de la promotion de l’ENA dont faisaient partie François Hollande, Ségolène Royal et Jean-Pierre Jouyet, nommé patron de la BPI, Ndlr) a tous les étages ... on nous prend pour des Candide". La salle se gondole.

Des tweets et... "la normalitude"

Quoi de plus facile pour l’opposition que de critiquer la majorité en place ? La gauche raillait Sarkozy, la droite moque Hollande. François Fillon ne fait pas exception. Signe qu’il assume parfaitement ces petites phrases lancées à la tribune, son équipe les a tweetées sur son compte officiel

Très en verve derrière son pupitre, galvanisé par une salle pleine et réceptive, François Fillon tente alors un néologisme qui n’est pas sans rappeler une certaine… Ségolène Royal : "la normalitude ne fait pas bon ménage avec l’exactitude allemande." Une petite dernière pour la route ? "Le gouvernement nous rejoue en permanence le Salaire de la Peur : on conduit le pays comme on conduit un camion bourré d’explosifs". François Fillon, lui, mène sa barque sur les eaux sinueuses de 2017…