Emmanuel Macron, cible d'une nouvelle campagne web des Républicains

  • A
  • A
Emmanuel Macron, cible d'une nouvelle campagne web des Républicains
Les Républicains veulent démontrer un problème de solidité chez le candidat d'En Marche! Emmanuel Macron.@ Eric FEFERBERG / AFP
Partagez sur :

À trois semaines du premier tour de la présidentielle, les Républicains déploient affiches et hashtags pour écorner l'image d'Emmanuel Macron.

La droite prépare une nouvelle salve contre Emmanuel Macron. Alors que le candidat d’En Marche! a dépassé depuis février François Fillon dans les enquêtes d’opinion, dans lesquelles il se qualifie systématiquement pour le second tour de la présidentielle, le camp du Sarthois espère reprendre la main à moins d’un mois du premier tour. Et pour se faire, Les Républicains s’apprêtent à lancer ce week-end une opération anti-Macron sur les réseaux sociaux, comme le révèle vendredi Le Parisien.

Démontrer un "problème de solidité". "Ce week-end, les Républicains lancent une opération spéciale sur les réseaux sociaux, avec affiches et hashtags aux noms pour le moins évocateurs : #macrongirouette, #macronlhéritier, ou encore #macronitude", écrit le journal. "La 'macronitude', cela fait référence à la 'bravitude' [de Ségolène Royal en 2007, ndlr]. C'est pour montrer le problème de solidité du candidat. Les autres sont là pour illustrer ses revirements successifs et le fait qu'il est le faux nez de François Hollande", décrypte un cadre du parti pour le quotidien.

Ces hashtags, qui ont fait leur apparition vendredi sur Twitter, s'accompagnent aussi d'un visuel  : la photo d’Emmanuel Macron embrassant François Hollande lors du dîner du Crif. À côté du cliché, une citation imputée au chef de l'Etat et rapporté par Gérard Davet et Fabrice Lhomme dans leur livre, Un président ne devrait pas dire ça : "Emmanuel Macron, c’est moi". 



Une campagne qui surfe opportunément sur le dernier rebondissement de la campagne, puisque le soutien de Manuel Valls à Emmanuel Macron vient aussi nourrir l’argumentaire de la droite, présentant le leader d'En Marche! comme l’héritier de François Hollande. Sur RTL jeudi matin, François Fillon a d’ailleurs commencé à surnommer l'ex-ministre de l'Économie "Emmanuel Hollande [...] ou François Macron si vous préférez'".

LR envisage ensuite de s'attaquer à Marine Le Pen. Et Les Républicains devraient intensifier leurs frappes jusqu'au premier tour, continuant de renvoyer l’ancien ministre de l’Economie dans le giron du quinquennat. Le Parisien précise ainsi que "l'équipe de campagne" de François Fillon "va multiplier les initiatives d'ici au 23 avril" et que le parti "envisagent ensuite de s'attaquer à Marine Le Pen sur les réseaux sociaux. Mais pas avant l'entre-deux-tours". 

Des précédents, dont une caricature "inacceptable"

Ce n’est pas la première offensive web venue de la droite contre Emmanuel Macron. Début février était lancé sur Youtube la chaîne Ridicule TV, toujours alimentée, et tournant en dérision les candidats à la présidentielle, et principalement le fondateur d’En Marche!, à grand renfort de montages. François Fillon reste le seul postulant à l’Elysée à y être épargné. Selon une information de Buzzfeed, confirmée auprès du site par l’un des membres de l’équipe numérique du candidat, ce sont des militants pro-Fillon qui sont à l’origine de cette initiative.

Début mars, LR avait également suscité la polémique en publiant une infographie intitulée "La Vérité sur la galaxie Macron", et représentant Emmanuel Macron, ancien banquier d'affaires, vêtu d'un costume-cravate et d'un haut de forme avec un nez crochu, un cigare et une faucille rouge. Le tweet avait suscité l'émoi et avait été retiré quelques heures plus tard. François Fillon avait dénoncé une "caricature inacceptable" et réclamé des "sanctions" internes. Emmanuel Macron avait réclamé de son côté "le retour au respect civique" après la diffusion de cette caricature, relevant selon lui d'une "imagerie antisémite".