Débat : les poins forts et les points faibles d'Emmanuel Macron et de Marine Le Pen

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :

Europe 1 passe en revue les qualités et les défauts à l'oral des deux candidats qui vont s'affronter mercredi soir devant les caméras.

Ils n’ont encore jamais débattu en tête-à-tête, et mercredi soir ils auront 2h20 pour tenter de s’imposer face aux Français. Emmanuel Macron et Marine Le Pen, les deux candidats qualifiés au second tour de l’élection présidentielle, débattent à partir de 21 heures, sous l’œil des quatorze caméras de TF1 et France 2.

Un échange qui marque traditionnellement l’acmé de la campagne de l’entre-deux-tour. Europe 1 est allé à la rencontre des proches des candidats pour tenter d’en savoir plus sur leurs atouts et faiblesses.

Emmanuel Macron "n’aime pas recevoir de leçons"

Ses points forts. Tous ces proches le disent, quand il s’agit de débattre, Emmanuel Macron est un combattant, "toujours précis, jamais à court d’arguments", pointe le communiquant Robert Zarader qui a rencontré le candidat lorsqu’il était encore conseiller de François Hollande. "Il challenge tout, c’est-à-dire qu’il met au défi aussi bien un ami que le président de la République". Avec lui, précise-t-il, "les choses ne sont pas blanches ou noires, bonnes ou mauvaises, il faut qu’elles soient faisables".

Ses points faibles. Mais ne pas réussir à convaincre peut devenir une frustration qu’il vit mal. Un caractère forgé très jeune à en croire Marc de Fernin, son ancien directeur de collège à Amiens : "Il n’aime pas recevoir de leçons. Une fois qu’il a élaboré une idée, il n’aime pas que l’on crache dessus". L’exercice du débat sera probablement désagréable pour Emmanuel Macron tant il déteste tomber dans le simplisme, mais ce match est aussi symbolique : ces camarades de l’ENA rappellent qu’en 2002 le combat contre le FN a été l’un des moteurs de son engagement.

Face à la difficulté, Marine Le Pen "choisit la rupture"

Ses points forts.  L’un des principaux atouts de Marine Le Pen est sa très bonne mémoire et sa capacité à potasser des fiches, un reste de sa formation d’avocate, expliquent des proches, comme Marie-Christine Arnautu, vice-présidente du FN. "C’est quelqu’un qui sait défendre ses idées avec énormément de cœur et de conviction. Elle est exceptionnelle. Je lui avais dit : ‘tu es absolument bluffante, dès lors que tu es détachée de tout lien affectif'".

Ses points faibles. Mais pour le conseiller com’ de Jean-Marie Le Pen, Lorrain de Saint-Affrique, la pugnacité de Marine Le Pen peut aussi se retourner contre elle. "Quand elle est en difficulté ou qu’elle sent qu’elle peut l’être, elle choisit la rupture, et elle n’attend pas justement que ça lui arrive. Elle assène ce qu’elle croit être une vérité, puis elle tourne le dos, elle n’attend pas la réponse. Ça peut être un signe de mépris ou alors une fragilité, celle de ne pas risquer d’être pris en défaut". Et si elle est prise en défaut, l’autre enjeu de taille pour la candidate sera de garder son sang-froid.