Baroin se dit prêt à être un Premier ministre de cohabitation de Macron

  • A
  • A
Baroin se dit prêt à être un Premier ministre de cohabitation de Macron
François Baroin est "disponible" pour diriger le gouvernement en cas de victoire LR aux législatives.@ JEAN-FRANCOIS MONIER / AFP
Partagez sur :

Si Les Républicains remportent les législatives, ce qu'il estime possible, François Baroin se dit disponible pour être le Premier ministre de cohabitation d'Emmanuel Macron.

François Baroin, pressenti pour mener la campagne des élections législatives des Républicains (LR), s'est déclaré prêt mercredi à être un Premier ministre de cohabitation avec Emmanuel Macron, grand favori des sondages pour l'élection présidentielle.

Les Républicains peuvent gagner les législatives selon Baroin. Sur CNews, l'ancien ministre a également estimé qu'il était impossible pour LR de partir à la bataille des législatives avec le même programme que celui du candidat de la droite François Fillon, éliminé dimanche dernier au premier tour.

Il a jugé les législatives de juin "gagnables" par LR et ses alliés du centre droit. "Si les Français veulent une alternance sans équivoque, s'ils veulent tourner la page de Hollande et de Macron (...) alors dans ce cas-là les Français choisiront un gouvernement de droite et de centre-droit", a-t-il dit.

Baroin "disponible" pour "diriger le gouvernement" en cas de victoire de LR aux législatives. "Et, dans ce cas-là, je suis disponible pour (...) diriger le gouvernement, sur la base de la volonté des Français", a ajouté François Baroin, qui a en revanche exclu d'appartenir à une coalition "sous quelque forme que ce soit".



François Baroin a réaffirmé qu'il voterait pour Emmanuel Macron le 7 mai et enterré la politique du "ni-ni" (ni Front national, ni gauche) qui a été ces dernières années la politique de l'UMP et de son hériter, le parti Les Républicains.

"Pas de finasserie" face au Front national. "Il n'y a pas de finasserie", a-t-il déclaré. "Le 'ni-ni' a explosé, on ne met pas sur le même pied d'égalité le Front national et Emmanuel Macron. Il n'y a pas de "ni-ni" ; nous ne voulons pas du Front national, nous ferons campagne contre le FN."

"Il y a une différence entre appeler à voter Emmanuel Macron et faire des meetings avec lui. Nous n'en ferons pas parce que nous sommes tout de suite dans la préparation des élections législatives", a-t-il cependant ajouté.