Au dîner du Crif, Hollande face à ses successeurs potentiels

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :

Le président de la République a croisé mercredi plusieurs des prétendants à l'Elysée, lors du traditionnel dîner du Conseil représentatif des Institutions juives de France.

Le dîner annuel du Crif, le Conseil représentatif des Institutions juives de France, s’est tenu mercredi soir avec une saveur particulière au menu, celle de la présidentielle. Plusieurs candidats à l'Elysée s’y sont croisés : François Fillon, Benoît Hamon, Emmanuel Macron et, au-dessus de la mêlée, le président de la République François Hollande.

Chaleureuses retrouvailles. Volubile, virevoltant entre les tables et les invités, le chef de l’Etat a accordé une accolade à son ancien ministre de l’Economie, qu’il n’avait pas revu depuis son départ du gouvernement. Et parce qu’il n’était pas question de faire de jaloux, l’ex-frondeur Benoît Hamon, le candidat désigné par la primaire de la BAP, a aussi eu le droit aux mêmes embrassades. François Fillon se sera contenté, lui, d’une poignée de mains républicaine.

Dans deux mois, les Français appelés à choisir. François Hollande était visiblement ravi d’avoir sous les yeux tant de prétendants à sa succession. "Sont rassemblés ici ceux qui ont gouverné hier, ceux qui gouvernent aujourd’hui et ceux qui aspirent à gouverner demain. C’est parfois les mêmes…", a-t-il ironisé. Mais au-delà des bons mots, le président a aussi voulu lancer un avertissement à deux mois du premier tour : "La France ne succombera jamais à l’extrémisme. La France, j’en suis sûr, elle saura faire les choix qui correspondent à son honneur et à sa grandeur".

Ni Jean-Luc Mélenchon ni Marine Le Pen n’avaient été conviés à la réception. François Hollande, quant à lui, quittera bientôt l’Elysée, mais d’ici là, le chef de l’Etat ne ratera aucune occasion semble-t-il d’envoyer des messages politiques.