Affaire Benalla : l'Élysée envisage de nommer un directeur général des services

  • A
  • A
Affaire Benalla : l'Élysée envisage de nommer un directeur général des services
La présidence indique que bien avant l'affaire Benalla avait déjà été identifié le besoin de moderniser le fonctionnement des services de l'Élysée.@ AFP
Partagez sur :

L'Élysée envisage de nommer un directeur général des services, chargé de coordonner tous les services, a indiqué l'entourage du président, confirmant une information du "Parisien". 

Après l'affaire Benalla qui a révélé des "dysfonctionnements" à l'Élysée, la présidence de la République "envisage de nommer un directeur général des services, chargé de coordonner tous les services", a indiqué lundi l'entourage du président, confirmant une information du Parisien.

Le 25 juillet, le porte-parole du gouvernement Benjamin Griveaux avait annoncé que "toutes les leçons" de l'affaire seraient "tirées à la rentrée" avec "des changements profonds", "une fois que les dysfonctionnements auront été clairement établis" par le secrétaire général de l'Elysée Alexis Kohler qu'Emmanuel Macron a chargé de cette mission.

Patrick Strzoda, actuellement à la tête du 55 rue du Faubourg Saint-Honoré. Actuellement c'est le directeur de cabinet du président, Patrick Strzoda, qui est à la tête de l'administration de l'Elysée : sécurité, communication, intendance, protocole, RH, finances, etc. Atteint par la limite d'âge, Patrick Strzoda, qui était en première ligne de l'affaire Benalla, doit faire valoir ses droits à la retraite à compter du 6 octobre 2018.

Un fonctionnement inchangé "depuis 40 ans". La présidence indique que bien avant l'affaire Benalla avait déjà été identifié le besoin de moderniser le fonctionnement des services de l'Élysée, qui n'a "pas changé depuis 40 ans". L'Elysée n'a en revanche pas fait de commentaires sur une éventuelle réorganisation de la communication évoquée par Le Parisien. L'Élysée a en outre lancé depuis mi-avril un projet de transformation de tous ses services de sécurité, dont certains seraient regroupés au sein d'une "direction de la sécurité" de la présidence "pour qu'il soient plus efficaces" et emploient mieux les deniers publics, avait expliqué devant les députés le chef du Groupe de Sécurité de la Présidence de la République (GSPR), Lionel Lavergne. Ce chantier est copiloté par Lionel Lavergne et par le général Eric Bio-Farina, commandant militaire de l'Élysée, en charge de la sécurité du Palais.