A Sablé-sur-Sarthe, on digère mal le score de François Fillon au premier tour

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :

Dans le fief sarthois de François Fillon, les habitants accusent difficilement le coup après l'élimination de leur candidat dès le premier tour de l'élection présidentielle.

REPORTAGE

Il avait juré qu'il serait présent au second tour. Pour François Fillon, son élimination est donc un échec cuisant. Les affaires ont indéniablement plombé sa campagne, et l'ont sans doute privé d'un deuxième tour. À Sablé-sur-Sarthe, le fief du candidat, cette déroute est vécue très difficilement.

"Il était trop haut, il fallait le détruire". C'est à 21h30, dimanche soir, que le maire de Sablé, Marc Joulaud, annonce les résultats. Si l'ancien édile François Fillon arrive en tête dans la ville, il obtient un score historiquement bas : 44,78 %. À la primaire de droite, François Fillon avait récolté ici 95% des voix. "Je suis triste, déçu… C'est un moment douloureux", lâche Marc Joulaud, la mine grave, au micro d'Europe 1. La participation, elle aussi, accuse le coup : moins 5 points par rapport à 2012. La faute à la défiance suscitée par le "Penelope Gate", ou encore "l'affaire des costumes", selon les habitants. Auguste, lui, se dit écœuré : "Ça me dégoûte de voir ce que la gauche a fait à Fillon. Il était trop haut, alors il fallait le détruire", avance ce soutien au candidat Les Républicains. Au second tour, Auguste l'affirme sans détour : impossible de glisser un bulletin Emmanuel Macron, il votera "pour Marine Le Pen".


"Je suis en colère contre mes concitoyens". Dans le hall de la mairie, Brigitte et Monique sont en plein coup de blues : "Je suis super mal, et en colère contre mes concitoyens. Je ne pensais pas qu'ils étaient aussi bêtes", lâche Brigitte. "Ils ont été manipulés par la démagogie, au lieu de faire de la démocratie. Et si Fillon n'avait pas été un homme d'une telle valeur, s'il n'avait pas été si menaçant pour les autres, ils ne se seraient pas acharnés de cette façon", croit savoir Monique. Son amie en est persuadée : "Ça va être une catastrophe si c'est Macron. Ou même Marine". Résolue à ne pas choisir, cette habitante de Sablé n'ira pas voter au second tour de l'élection présidentielle, en dépit de l'appel de François Fillon à voter Emmanuel Macron pour faire barrage au Front national. "On peut bien nous appeler à voter pour untel ou untel, moi, je ne me laisse pas manipuler."