RT France avertie par le CSA pour un sujet sur la Syrie

  • A
  • A
RT France avertie par le CSA pour un sujet sur la Syrie
Le CSA pointe un sujet diffusé le 13 avril "contestant la réalité des attaques à l'arme chimique" en Syrie.@ AFP
Partagez sur :

Le CSA pointe un sujet diffusé le 13 avril "contestant la réalité des attaques à l'arme chimique" en Syrie.

La branche française de la chaîne russe RT a été avertie jeudi par le Conseil supérieur de l'audiovisuel (CSA) pour des "manquements à l'honnêteté, à la rigueur de l'information et à la diversité des points de vue" dans un sujet sur la Syrie.

Dans un sujet diffusé le 13 avril, "contestant la réalité des attaques à l'arme chimique dans la région syrienne de la Ghouta orientale", le CSA a notamment observé "que la traduction orale des propos tenus par un témoin syrien ne correspondait en rien à ce qu'il exprimait à l'antenne", a indiqué l'instance pour justifier cette "mise en demeure", décision préalable à une éventuelle sanction.

"Un déséquilibre marqué dans l'analyse". Le CSA a également relevé, s'agissant d'un autre témoignage, que "la traduction orale attribuait l'ordre donné à la population locale de simuler les effets d'une attaque à l'arme chimique au groupe Jaysh al Islam, alors que le témoignage ne désignait aucune organisation en particulier".

Le CSA a noté que l'ensemble des éléments diffusés dans ce journal traitant de la situation en Syrie "faisait apparaître un déséquilibre marqué dans l'analyse, sans que, sur un sujet aussi sensible, les différents points de vue aient été exposés".

RT également contesté au Royaume-Uni. Le CSA avait fait savoir, avant le lancement de la chaîne, par la voix de son président Olivier Schrameck, qu'il observerait "constamment" les programmes de RT et agirait avec "promptitude" en cas d'"anomalies". Considérée par Washington comme un organe de propagande pro-Kremlin, RT avait signé dès 2015 avec le CSA une convention qui lui impose des engagements renforcés en matière "d'honnêteté et d'indépendance de l'information".

Au Royaume-Uni, le régulateur de l'audiovisuel (Ofcom) a déjà émis une dizaine de mises en demeure contre RT et l'a menacée de sanction, pour des sujets notamment sur la Syrie et l'Ukraine, où l'armée russe est présente.