L'Expansion appelée à disparaître après sa fusion avec L'Express

  • A
  • A
L'Expansion appelée à disparaître après sa fusion avec L'Express
@ OLIVIER LABAN-MATTEI / AFP
Partagez sur :

La "Lettre de L'Expansion" sera conservée ainsi que la marque L'Expansion pour les colloques et événements, selon la même source.

SFR Média (groupe Altice) compte fusionner ses titres L'Express et L'Expansion et cesser la parution du mensuel économique L'Expansion, en chute libre depuis 2015, a appris l'AFP dimanche de source interne au groupe. Ce projet, qui doit être présenté mercredi en comité d'entreprise, prévoit que les journalistes de L'Expansion seront intégrés à l'hebdomadaire L'Express, qui renforcera ainsi ses pages économiques. La "Lettre de L'Expansion" sera conservée ainsi que la marque L'Expansion pour les colloques et événements, selon la même source. 

Des ventes en chute libre. Créé en 1967 par Jean Boissonnat et Jean-Louis Servan-Schreiber, L'Expansion faisait partie de la dizaine de titres du groupe L'Express racheté par Patrick Drahi début 2015. Le mensuel a depuis vu ses ventes dégringoler de 120.000 exemplaires par mois en moyenne en 2014 à 45.000 en juin dernier. Plusieurs titres économiques ont disparu ces dernières années (en 2012 le quotidien La Tribune a abandonné le papier et en 2011 Le Journal des Finances a été absorbé par Investir) mais les autres magazines économiques résistent pour la plupart à la crise de la presse, avec en tête Capital et Challenges.

Une rédaction réduite. Associé à l'homme d'affaires Marc Laufer, Patrick Drahi avait racheté en février 2015 le groupe L'Express, fortement déficitaire, au belge Roularta. Pour redresser les comptes, il a réorganisé le groupe et ramené les effectifs de 700 à 500 salariés. La rédaction de L'Expansion a notamment été réduite à 5 journalistes permanents. Cette décision s'inscrit dans le cadre d'une remise à plat des titres presse du groupe réunis au sein du pôle SFR Presse. La cession de plusieurs titres est envisagée, a indiqué récemment le patron de SFR Michel Combes aux Echos.