Présidentielle au Venezuela : les partis d'opposition doivent se réenregister

  • A
  • A
Présidentielle au Venezuela : les partis d'opposition doivent se réenregister
@ HO / VENEZUELAN PRESIDENCY / AFP
Partagez sur :

Le président Maduro avait menacé ces formations politiques d'être exclues de l'élection présidentielle de 2018 parce qu'elles avaient boycotté les municipales du 10 décembre dernier.

Les trois principaux partis de l'opposition vénézuélienne, qui ont boycotté les élections municipales, devront se réenregistrer pour pouvoir participer à l'élection présidentielle de 2018. La mesure a été annoncée par Diosdado Cabello, membre de l'Assemblée constituante et important dirigeant du chavisme au pouvoir à Caracas, au cours de son émission de télévision hebdomadaire. "Qu'ils s'enregistrent, qu'ils s'enregistrent. Qu'est-ce qu'ils vont crier ? Qu'ils crient ce qu'ils veulent", a lancé Diosdado Cabello, proche collaborateur du président vénézuélien Nicolas Maduro.

Plusieurs formations politiques visées. La décision a été prise par l'Assemblée constituante élue à l'initiative de Nicolas Maduro, entrée en fonctions en août dernier, composée uniquement de partisans du camp présidentiel et qui dispose de pouvoirs presque illimités. L'obligation de se réenregister pour participer à la présidentielle concerne les partis Voluntad Popular de Leopoldo Lopez (assigné à résidence), Primero Justicia, de l'ancien candidat à l'élection présidentielle Henrique Capriles, et Accion Democratica, de l'ancien responsable parlementaire Henri Ramos Allup.

Le président Maduro avait menacé ces formations d'être exclues de l'élection présidentielle de 2018 parce qu'elles avaient boycotté les municipales du 10 décembre dernier. Leur réenregistrement devra se faire auprès du Conseil national électoral (CNE), que l'opposition accuse d'être au service du pouvoir chaviste.