Liban : un drone filme des "fleuves" d'ordures en pleine nature

  • A
  • A
Liban : un drone filme des "fleuves" d'ordures en pleine nature
Les sacs poubelles s'entassent dans les rues au nord de Beyrouth, formant des "fleuves" de déchets. @ JOSEPH EID / AFP
Partagez sur :

Le collectif "Vous puez" a parodié une campagne du ministère du Tourisme pour alerter sur la crise des déchets au Liban. 

D'immenses étendues d'ordures à travers la nature libanaise ont été filmées par un drone à l'initiative d'un collectif citoyen qui tente de relancer la mobilisation sur la crise des déchets. Le collectif "Vous puez", à l'origine il y a huit mois de grandes manifestations dénonçant l'incurie du gouvernement notamment sur la question des ordures, a détourné un spot du ministère du Tourisme du Liban qui vante les trésors de la nature libanaise avec des images prises du ciel.

Une parodie de la campagne du ministère du Tourisme. La vidéo du collectif, diffusée sur les réseaux sociaux, montre des vues panoramiques de montagnes d'ordures s'étendant sur des centaines de mètres, comme des fleuves, au beau milieu de la forêt, dans des vallées ou sous des ponts. D'énormes amas de déchets sont également filmés en bord mer. "Vous puez" appelle dans la vidéo à une manifestation samedi à Beyrouth, la première depuis des mois. C'est "une parodie de la campagne du ministère du Tourisme intitulée 'Vol au-dessus du Liban'", explique le collectif sur sa page Facebook, dénonçant un "scandale".

الفيديو الفضيحة الذي لا تريدك السلطة اللبنانية الفاسدة ان تراه

الفيديو الفضيحة الذي لا تريدك السلطة اللبنانية الفاسدة أن تراه، شاهد للنهاية..الإنذار الأخير، السبت ١٢  أذار، الساعة ٤، من ساحة ساسين الاشرفية إلى ساحة رياض الصلح  #طلعت_ريحتكم وقتلتونا

Posté par ‎طلعت ريحتكم‎ sur lundi 7 mars 2016

Le film détourné est lui titré "Vol au-dessus des ordures politiques du Liban", en référence à l'incapacité du gouvernement de trouver une solution à la crise des déchets qui n'a fait qu'empirer depuis la fermeture le 17 juillet de la principale déchetterie de Naamé, au sud de Beyrouth. Depuis, les déchets de la capitale et du Mont-Liban (centre) sont jetés dans des dépotoirs sauvages à travers le pays. Si les ordures ne sont pas visibles à Beyrouth, on les trouve juste à la lisière, notamment dans la décharge sauvage de Karantina.

Une crise politique. Les appels de la société civile et des médecins concernant les dangers sur l'environnement et la santé ont été ignorées. Les militants fustigent l'avidité des hommes politiques libanais qui cherchent selon eux à avoir leur part des profits que représentent l'énorme marché du traitement des déchets. Le Conseil des ministres s'est réuni à plusieurs reprises sans être en mesure de prendre une décision. Le Premier ministre Tammam Salam a même brandi la menace d'une démission. "Qui ira au dépotoir en premier: les ordures ou le gouvernement?", ont titré deux quotidiens lundi. Sans président depuis près de deux ans, le Liban est paralysé par une crise politique exacerbée par la guerre en Syrie voisine qui divise profondément la classe politique entre détracteurs et sympathisants du régime de Bachar al-Assad.