La déradicalisation "made in Danemark", une méthode en question

  • A
  • A
La déradicalisation "made in Danemark", une méthode en question
@ SCANPIX DENMARK
Partagez sur :

Le Danemark a initié un programme de déradicalisation dès 2007. Mais les résultats de cette méthode douce pour réintégrer les djihadistes ou candidats au djihad sont parfois contestés.

Les motifs du tireur de Copenhague restent flous. Le suspect, Omar Hamid El-Hussein, un Danois de 22 ans, était connu pour avoir poignardé un jeune homme de 19 ans, mais on ignore s'il était fiché auprès des services de renseignement en raison de positions radicales. La police danoise a simplement indiqué que le tireur présumé a pu être "inspiré" par les idées de groupes comme l'Etat islamique. Omar Hamid El-Hussein semble pourtant être passé au travers des mailles de la méthode de déradicalisation soft made in Denmark. Une méthode douce mais contestée.

Caricatures mahomet danemark 640

Un pays leader en Europe. Le Danemark est l'un des pays précurseurs en Europe, avec les Pays-Bas, la Norvège et la Grande-Bretagne. A Copenhague et Aarhus, une cellule de coopération entre police et municipalités prend en charge les jeunes Danois radicalisés. Selon un rapport sur la contre-radicalisation écrit par Pierre Conesa et partiellement publié sur Diploweb.com, l'affaire des caricatures de Mahomet en 2007, puis plusieurs projets d'attentats déjoués ont déclenché une prise de conscience collective. Le Danemark s'est retrouvé confronté à l'existence de noyaux radicaux au sein d'une communauté musulmane qui compterait entre 200.000 et 300.000 personnes.

Aarhus, ville test. C'est la ville d'Aarhus qui, la première, a proposé une approche différente des autres pays européens. La deuxième ville du pays a lancé une action de contact continue avec les élites musulmanes danoises, qu'elles soient modérées ou radicales. Mais cela ne suffit pas toujours.

En 2012, un lycéen de la ville part combattre en Syrie. Il est imité par une trentaine d'autres l'année suivant. Début 2014, le Danemark apprend qu'une vingtaine d'entre eux est passée dans la mosquée salafiste de Grimhoj, où prêchait un imam soutenant ouvertement le combat armé. L'homme est limogé et un dialogue régulier s'engage entre la police et cette mosquée radicale. 

>> LIRE AUSSI - Le week-end d'horreur de Copenhague

Ville, mosquée, police et services sociaux main dans la main. Pour leur défense, les dirigeants du lieu de culte affirment ne connaître que très rarement les intentions djihadistes de leurs fidèles. Le plus souvent, affirme le site Francetv info, ce sont les proches qui préviennent le SSP (le département des services sociaux, de l'école et de la police) chargé de la déradicalisation. Cela se fait par une permanence téléphonique tenue par un policier et un employé des services sociaux. On y répond aussi bien aux jeunes séduits par la radicalisation qu'aux candidats au djihad ou à ceux qui rentrent d'Irak ou de Syrie. Des parents inquiets de dérives racistes ou extrémistes de leur enfant la contactent aussi. 

Danemark Copenhague mosquée

Réaction rapide. A partir de ce contact, explique Le Monde, tout doit aller très vite. Car le départ peut se faire en quelques jours. La première visite aux proches ou au jeune concerné peut se faire en moins de 24 heures. Lors de la première rencontre, "il ne s'agit pas d'un interrogatoire, mais bien d'une discussion pour savoir s'ils ont besoin d'aide", explique à Francetv info Allan Aarslev qui co-gère la cellule.

En 2014, une centaine de cas de radicalisations (islamistes ou non) a été signalée au Danemark. A Aarhus, seize d'entre eux sont d'anciens djihadistes revenus dans leur pays. Dix ont accepté de participer au programme de réinsertion sociale et d'accompagnement psychologique, pour les "réhumaniser, les remoraliser", explique Preben Bertelsen, un professeur de psychologie de l'université de la ville. "On ne force personne à venir consulter", indique Jorgen Ilhum, le chef de la police d'Aarhus. Selon Francetv info, les ex-combattants en Syrie ont rencontré les autorités danoises entre cinq et huit fois pour discuter de leur situation. 

Un suivi personnalisé. Six jeunes suivis à Aarhus sont tutorés par un mentor, une personne qui travaille directement avec eux et peut leur apporter des réponses personnalisées. "Le système de tutorat est ce qui marche le mieux", plaide dans Le Monde Toke Agerschou, le responsable du programme au sein de la ville. Il permet de discuter des questions qui touchent à la vie quotidienne, à l'aide sociale, à l'intégration pratique dans la société danoise". Les neuf mentors employés à temps partiel expérimentent les méthodes (quel type de discussions, quel accompagnement à l'emploi, etc.) et consignent systématiquement leur efficacité.

Ecoutez aussi le reportage d'Europe 1 sur ces centres de déradicalisation : 



Au Danemark, on aide les djihadistes à leur retourpar Europe1fr

La case prison existe aussi. Si la partie émergée de l'iceberg montre tout particulièrement la version "civile" du travail de déradicalisation, le gouvernement danois a également développé un volet "prison" de son plan. Cette partie, plus classique, mais néanmoins novatrice à l'époque de sa mise en place, repose sur des initiatives pour éviter la récidive, en particulier pour les condamnés dans des crimes en lien avec le terrorisme.

Mais quelle efficacité pour cet accompagnement financé en partie par l'Union européenne ?

Un bilan à court terme. Les avis sont partagés. Le psychologue Preben Bertelsen estime que cela en vaut la peine. Selon lui, 8 jeunes sur 10 quittent les voies du djihad grâce à cet accompagnement. Jytte Klausen, une universitaire danoise travaillant aux Etats-Unis, pose un jugement bien plus critique contre un programme qu'elle trouve "naïf". Pour elle, les candidats au djihad "doivent être vus par les services de renseignement, pas uniquement par les autorités locales d'Aarhus et les professionnels de santé", dit-elle à Europe 1. Elle ajoute que la "deuxième condition" pour que le programme soit véritablement efficace serait que les djihadistes repentis "expriment de véritables regrets".

Reste qu'en un an, le nombre de djihadistes danois partis en Syrie a été divisé par sept. Pourtant, l'approche scandinave n'est pas miraculeuse. Encore quatre Danois se sont rendus en Syrie en 2014. Au mois de décembre, un jeune de 18 ans et mort dans les rangs de l'Etat islamique à Kobané. Sa mère, qui avait appelé à l'aide, a dénoncé le manque de réactivité de Copenhague.