Egypte : refus des "diktats" de l'étranger

  • A
  • A
Egypte : refus des "diktats" de l'étranger
@ REUTERS
Partagez sur :

Revivez la 13e journée de mobilisation dans le pays, heure par heure.

Le pouvoir a consulté dimanche l'opposition au cours d'une réunion à laquelle participent des responsables des Frères musulmans. Pendant ce temps des milliers de manifestants ont continué à réclamer le départ du président Hosni Moubarak. Malgré tout, la vie semblait doucement reprendre au Caire, où de nombreux commerces et banques ont rouvert, ainsi que des routes et des ponts.

Revivez les évènements de la journée :

17h48 : la fortune de Moubarak s'élèverait à 51 milliards d'euros. Selon le quotidien britannique The Guardian, la fortune de la famille Moubarak pourrait atteindre jusqu'à 70 milliards de dollars, soit 51 milliards d'euros. Selon les experts, cités par le Guardian, une partie de cette fortune aurait été déposée sur des comptes secrets ou investie dans des hôtels. Pour Amaney Jamal, professeure de sciences politiques à l'université de Princeton, la fortune du président égyptien "est tout à fait comparable à celles des leaders des pays du Golfe", rapporte ABC News.

17h23 : l'Egypte refuse les "diktats" de l'étranger. L'Egypte refuse les "diktats" de l'étranger, a affirmé son ministre des Affaires étrangères, Ahmed Aboul Gheit, après les appels répétés de plusieurs pays occidentaux à une transition politique ordonnée et rapide dans ce pays en proie à une contestation sans précédent. Ahmed Aboul Gheit a "reçu des appels de ses homologues des Etats-Unis et d'un certain nombre de pays européens ainsi que du Canada et de l'Australie" pour s'informer de la situation en Egypte, a indiqué dans un communiqué le porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Hossam Zaki.

17h04 : les momies sont en sécurité. Aucune des momies conservées au Musée du Caire n'a été endommagée au cours d'un cambriolage perpétré la semaine dernière, mais 70 pièces nécessitent des travaux de restauration, a déclaré dimanche Zahi Hawass, ministre d'Etat aux antiquités. Des médias ont fait dire à Hawass au cours des manifestations sur la place Tahrir du Caire que des pillards avaient endommagé deux momies, mais il a déclaré dimanche à la BBC que tel n'était pas le cas. "Ce n'étaient pas des momies, ce sont deux crânes qui ont été extraits d'un scanner. Tout va revenir à la normale aujourd'hui au Musée du Caire", a dit Hawass, qui dirige depuis 2002 le Conseil suprême des antiquités égyptiennes. Il a été nommé ministre d'Etat il y a une semaine.

16h27 : ElBaradei critique la "confusion" créée par la posture américaine. L'opposant égyptien et prix Nobel de la Paix Mohamed ElBaradei a critiqué "la grande confusion" créée la veille par les propos de l'émissaire de Barack Obama en Egypte Frank Wisner, avec lesquels l'administration américaine a aussitôt pris ses distances. Interrogé sur la chaîne d'information américaine CNN, il a regretté d'"entendre des voix dissonantes". "Les Etats-Unis avaient très clairement dit que (Hosni Moubarak) devait partir", a-t-il rappelé. Puis samedi, "Frank Wisner a déclaré que Moubarak devait rester et ça a créé une grande confusion, une grande déception", a-t-il commenté. "C'est tombé sur nous comme un coup à l'estomac", a-t-il ajouté.

16h25 : les frères musulmans insatisfaits. Les réformes proposées par le régime du président égyptien Hosni Moubarak afin de sortir de la crise politique qui secoue le pays sont "insuffisantes", ont jugé dimanche les Frères musulmans, première force d'opposition en Egypte.

15h35 : l'opposition salue un premier pas positif. L'opposition égyptienne a salué dimanche une première étape positive à l'issue de ses consultations avec le vice-président Omar Souleimane. Un porte-parole du gouvernement a déclaré que les parties avaient accepté de former un comité pour préparer des réformes constitutionnelles d'ici la première semaine de mars. Omar Souleimane a présidé ces consultations sans précédent avec les représentants de l'opposition pour tenter de trouver une issue à la crise politique en Egypte.

14h30 : Souleimane refuse un appel à assumer les pouvoirs de Moubarak. Le vice-président égyptien Omar Souleimane a refusé dimanche un appel de l'opposition à assumer les pouvoirs du président Hosni Moubarak, fortement contesté depuis près de deux semaines, a affirmé un participant au dialogue entre pouvoir et opposition.

13h25 :un comité pour des réformes constitutionnelles d'ici mars. Des représentants de l'opposition et des personnalités indépendantes ont convenu dimanche avec le vice-président égyptien Omar Souleimane de créer un comité pour préparer des amendements à la Constitution d'ici la première semaine de mars.

12h30 : le pape suit "avec attention" la "situation délicate" en Egypte. Benoît XVI a souhaité dimanche que cette terre "retrouve la tranquillité et la cohabitation pacifique, grâce à un engagement partagé pour le bien commun".

12h05 : les Frères musulmans très présents dans le mouvement de contestation, selon les propos recueillis par l'envoyé spécial d'Europe1. D'abord très discrets dans le mouvement de contestation, les Frères musulmans, très populaires en Egypte, sont très présents dans la protestation contre le pouvoir. Le mouvement a toutefois annoncé qu'il ne présenterait aucun candidat à la présidentielle.

11h53 : Clinton soutient le dialogue avec les Frères musulmans. La secrétaire d'Etat américaine Hillary Clinton a exprimé dimanche son soutien au dialogue engagé par le pouvoir égyptien avec le puissant mouvement politique des Frères musulmans, attendant de juger sur pièces le résultat.

11h45 :début des consultations entre Souleimane et l'opposition. Le vice-président égyptien Omar Souleimane a entamé dimanche des consultations avec les représentants de l'opposition, dont les Frères musulmans, pour tenter de trouver une issue à la crise politique en Egypte, rapporte l'agence de presse officielle Mena.

11:00 : Ban Ki-moon salue la leçon donnée par l'Egypte et la Tunisie aux régimes autoritaires. L'éruption de la contestation en Egypte et en Tunisie doit servir de "leçon" aux régimes autoritaires des autres pays, a estimé dimanche le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon.

10h30 : l'armée renforce sa présence place Tahrir. Les soldats ont pris position sur le pont du 6-Octobre, près de Tahrir, qui a servi aux partisans du président Hosni Moubarak pour attaquer les manifestants rassemblés sur la place le 2 février. Simultanément, la vie semble reprendre doucement au Caire où de nombreux commerces ont rouvert ainsi que des routes et des ponts.

09h00 : participation de responsables des Frères musulmans au dialogue national. Des responsables des Frères musulmans, la principale force d'opposition en Egypte, vont participer dimanche au dialogue national auquel les forces politiques ont été conviées par le vice-président Omar Souleimane. Cette réunion est prévue dans la matinée au siège du Conseil des ministres.

06h00 : le gouvernement veut remettre les Egyptiens au travail. Le président Hosni Moubarak et son gouvernement tentent de remettre les Egyptiens au travail ce dimanche. La réouverture des banques donnera un premier aperçu des conséquences économiques de la contestation. "Nous voulons que les gens retournent au travail et soient payés, et que la vie reprenne son cours", a lancé samedi le commandant Hassan al Roweny, s'adressant aux manifestants de la place Tahrir.

04h00 : Elbaradeï redoute une radicalisation de la contestation. Ce serait un "revers majeur" si Washington se prononçait pour la désignation du président égyptien Hosni Moubarak ou de son vice-président Omar Souleimane à la tête d'un gouvernement de transition, a jugé samedi l'opposant Mohamed ElBaradeï.

01h00 : les Frères musulmans "entament un dialogue avec les responsables". Les Frères musulmans ont annoncé dans un communiqué dans la nuit de samedi à dimanche avoir "entamé un dialogue" avec les responsables égyptiens "pour savoir à quel point ils sont prêts à accepter les demandes du peuple".

>> Revivez les évènements de samedi en Egypte en cliquant ici.