Belgique : 11 arrestations dans le cadre d'un "dossier de terrorisme"

  • A
  • A
Belgique : 11 arrestations dans le cadre d'un "dossier de terrorisme"
La Belgique est un des pays qui fournit le plus de djihadistes en Irak et en Syrie.@ LAURIE DIEFFEMBACQ / BELGA / AFP
Partagez sur :

11 personnes ont été interpellées en Belgique dans le cadre d'un dossier de terrorisme, mais sans lien avec les attentats de Paris ou Bruxelles.

Onze personnes ont été arrêtées dans la nuit de mardi à mercredi à Bruxelles et dans sa région "dans le cadre d'un dossier de terrorisme" sans lien avec les attentats du 13 novembre à Paris et du 22 mars à Bruxelles, a annoncé le parquet fédéral belge. "L'enquête s'inscrit dans la problématique de combattants potentiellement de retour de Syrie", est-il précisé dans un communiqué. Aucune arme, ni explosif n'ont été trouvés au cours des neufs perquisitions, menées à la demande d'"un juge d'instruction spécialisé en matière de terrorisme", dans les communes de Molenbeek, Koekelberg, Laeken, Jette, Bruxelles, Liedekerke et Schaerbeek. 

Un pays pourvoyeur de djihadistes. La Belgique est le pays de l'Union européenne qui fournit le plus de djihadistes en Irak et en Syrie proportionnellement à sa population, avec un nombre estimé de 465 combattants. Depuis les tueries de Paris et Bruxelles, la Belgique a renforcé les mesures de sécurité et multiplié les opérations et descentes de police à mesure que se poursuivaient les enquêtes. Par ailleurs, dans un rapport de novembre dernier publié mercredi par la presse, l'agence belge chargée d'évaluer la menace terroriste s'inquiète de la montée du salafisme et du wahhabisme saoudien dans le pays : "Nous relevons qu'un nombre croissant de mosquées et de centres islamiques en Belgique, comme ailleurs en Europe, sont sous l'emprise du wahhabisme, l'appareil missionnaire salafiste", avertit l'Organe de coordination pour l'analyse de la menace (OCAM) dans un rapport dont les conclusions ont été publiées par le quotidien néerlandophone De Standaard.


Un djihadiste condamné échappe à la prison et s'en fuit
Un ami d'un des kamikazes des attentats de Bruxelles, condamné en mai 2016 à sept ans de prison pour terrorisme, n'a pas été incarcéré et a pu fuir la Belgique en direction de la Syrie, a par ailleurs indiqué mercredi le parquet fédéral belge confirmant une information de La Dernière Heure. Khaled K., ami de Najim Laachraoui, qui s'est fait exploser lors des attaques de Bruxelles, a toutefois été arrêté en Turquie fin 2016 alors qu'il était en route pour regagner la Syrie. "On a demandé son extradition", a précisé le porte-parole du parquet fédéral. Ce Belgo-Syrien de 26 ans avait été mis en cause dans le dossier d'une filière de recrutement belge, organisant des départs vers la Syrie. En mai 2016, il comparaissait libre et avait été condamné à sept ans d'emprisonnement. "A l'audience on avait demandé son arrestation immédiate", a souligné le porte-parole du parquet fédéral, "le tribunal ne nous a pas suivi, c'est son droit".