Depuis les attentats de Bruxelles, Salah Abdeslam ne parle plus

  • A
  • A
Partagez sur :

Sven Mary, l'avocat de Salah Abdeslam, lié aux attentats de Paris, décrit en exclusivité pour Europe 1 l'état d'esprit de son client qui ne collabore plus avec les enquêteurs.

EXCLUSIF

Deux jours après les attentats sanglants qui ont frappé Bruxelles, la justice belge examine jeudi le maintien en détention de Salah Abdeslam, arrêté vendredi. Dernier membre vivant des commandos du 13 novembre, il était l'homme le plus recherché d'Europe pour son implication dans les attentats de Paris avant qu'il ne soit retrouvé à Molenbeek par la police belge. Rencontré par Europe 1, son avocat, Sven Mary, annonce que Salah Abdeslam ne collabore plus. Il revient sur son état d'esprit.

Eviter "d’autres Bataclan".Depuis deux jours et les attentats de Bruxelles, dont le bilan, encore provisoire, fait état d'une trentaine de morts et de plus de 250 blessés, Salah Abdeslam reste muet face aux enquêteurs l'interrogeant. "Je pense qu'il voulait d'abord me voir parce qu'il y a eu la visite des enquêteurs mardi et il souhaitait d'abord me voir", avance Sven Mary. L'homme au cœur des attentats de Paris avait pourtant commencé à collaborer après son arrestation. Son avocat avait alors décrit un homme prêt à répondre "à toutes les questions". Mais, mercredi, son avocat indique "ne pas vouloir qu'il se referme pour pleins de choses. Se renfermer ça nous mettrait encore devant d'autres Bataclan, et c'est cela que je veux éviter".

"Il se remet". Expliquant "ne pas vouloir savoir ce qu'il (Salah Abdeslam) en pense" au sujet des attentats de Bruxelles, son avocat estime "que ce n'est pas encore important à ce stade". Sven Mary a également donné quelques précisions sur l'état physique de Salah Abdeslam, blessé à la jambe lors de son arrestation. "Il se remet petit à petit de sa blessure qui n'était pas une blessure grave".

Une demande de report. Le prochain rendez-vous judiciaire de Salah Abdeslam est prévu jeudi. La chambre du conseil de Bruxelles doit en effet examiner son maintient, ou non, en détention, mais son avocat va demander un report pour mieux étudier le dossier et ira seul à cette audience. En effet, selon Sven Mary, "ce n'est pas la peine de mobiliser le RAID pour 5 minutes".