L’ordre des avocats de Paris attaque la ville de Tourcoing

  • A
  • A
L’ordre des avocats de Paris attaque la ville de Tourcoing
Les avocats du barreau de Paris affirment combattre la précarisation de leur profession / image d'illustration@ ERIC CABANIS / AFP
Partagez sur :

La ville de Tourcoing est le sujet d'affrontements entre des avocats parisiens et un avocat lillois.

Un ordre d'avocats qui attaque une ville en justice, ce n'est pas banal. Et pourtant, le barreau de Paris s'est lancé dans la procédure pour un litige datant de 2012. Il juge les services d'un avocat lillois proposés à un prix trop bas, rapporte Nord Eclair samedi.

Des prix trop compétitifs. En 2012, la ville de Tourcoing, dans le Nord, lance un appel d'offres pour recruter un conseiller juridique en droit public. Plusieurs avocats de tous horizons se proposent et c'est un lillois qui remporte la partie. Mais l'ordre des avocats de Paris, qui représente 50% des avocats de France, n'accepte pas la défaite. Il considère que les honoraires de son confrère nordiste sont trop bas et décide d'attaquer la ville de Tourcoing devant le tribunal administratif de Lille. L'audience a eu lieu mardi dernier. 

Un combat légitime mais des tarifs cohérents. "Nous dénonçons des prix anormalement bas qui conduisent à la précarisation de notre profession. Les prestations sont traitées par des stagiaires et sont de moindre qualité. Le barreau de Paris a décidé de s’emparer de cette question depuis quatre ans et il y a déjà eu six procédures similaires, ce n’est pas contre notre confrère lillois ou contre Tourcoing, c’est une question de principe", explique l’avocat de l’ordre, cité par Nord Eclair.

Pour l'avocat qui représente la ville, ce combat est légitime sur le principe mais pas dans le cas qui concerne la ville de Tourcoing. "Il n’a jamais démontré qu’il y avait un problème avec les tarifs ou qu’il y avait une mauvaise exécution des prestations. D’ailleurs, la ville est satisfaite du travail de (l'avocat lillois qui a remporté l'appel d'offre)", dit-il, également interrogé dans Nord Eclair.

Le jugement sera rendu le mois prochain.