Le frère d'al-Hilli "pas le suspect numéro un"

  • A
  • A
Le frère d'al-Hilli "pas le suspect numéro un"
@ REUTERS
Partagez sur :

EN DIRECT - Les derniers éléments de l'enquête sur la tuerie de Chevaline, en Haute-Savoie.

L'enquête sur la tuerie de Chevaline progresse mais le mystère l'entourant reste des plus épais. Une quarantaine d'enquêteurs travaillent "jour et nuit" sur l'affaire. Une nouvelle conférence de presse est prévue samedi, à 15h. Le procureur doit évoquer les résultats de l'autopsie des quatre victimes. Europe1.fr fait le point sur les derniers éléments de l'enquête.

>>> SAMEDI MATIN

• Des membres de la famille arrivés en France. Des parents des deux fillettes britanniques sont arrivés en France, vendredi soir, a annoncé samedi le procureur de la République d'Annecy, en évoquant un "oncle ou une tante"."Je ne sais pas quand ils pourront voir la petite fille" la plus jeune, Zeena, a-t-il précisé. Les rencontres se feront "systématiquement" en présence d'un enquêteur français, a précisé le procureur. 

• Une perquisition en cours à Claygate. Une réunion entre policiers britanniques et gendarmes français s'est tenue samedi matin pour "mettre au point une stratégie" et déterminer le nombre de policiers à mobiliser sur l'affaire, côté anglais. Les enquêteurs espèrent notamment "faire parler" la maison à colombages de la famille al-Hilli à Claygate. La perquisition est en cours. Elle pourrait durer jusqu'à dimanche. Les enquêteurs espèrent avoir accès à l'ordinateur de Saad al-Hilli, qui dirigeait sa petite société informatique Shtech depuis son domicile, pour tenter d'expliquer la tuerie.

claygate policier reuters 930620 maison al-hilli reuters 930620

© REUTERS

• Les polices suisse et italienne mobilisées. Dans le cadre du dispositif mis en place pour tenter d'interpeller le ou les auteurs de la tuerie de Chevaline, "tous les pays frontaliers ont été mobilisés" a précisé le procureur, samedi matin. "L'Italie est à une heure trente, la Suisse à une heure. Les enquêteurs ont sollicité l'assistance des pays voisins", a-t-il précisé.

>>> LA JOURNÉE DE VENDREDI

• Le père et la mère identifiée par leur fillette. L’homme tué au volant de sa BMW rouge est bien Saad al-Hilli, et l’une des femmes tuées est bien son épouse. C’est la fillette de quatre ans, celle qui était restée prostrée pendant huit heures dans le véhicule, qui l’a confirmé. "La certitude scientifique, on ne l’aura pas cet après-midi, mais il est humainement certain qu’il s’agit de la famille de Saad al-Hilli", a déclaré Eric Maillaud. En revanche, si l’identité de l’autre femme retrouvée dans la voiture est connue - elle est de nationalité suédoise mais est née en Irak - son lien avec le reste des victimes n’a pas clairement été établi.

• "Elle a tout entendu, mais elle n’a rien vu." Le reste de l’audition de la fillette de quatre ans n’a en revanche pas permis d’en savoir plus sur les circonstances de la tuerie. "Elle a tout entendu, mais elle n’a rien vu" et son âge et le traumatisme qu'elle a subi ne permettent pas de rendre son témoignage exploitable pour l'enquête. Zeena "ne sera plus réentendue" par les enquêteurs, a précisé samedi le procureur. Quant à l’autre fillette, âgée de sept ans, elle n’a toujours pas pu être entendue. "Dès qu’on aura le feu vert des médecins, elle sera entendue", a assuré Eric Maillaud.

07.09 Tuerie de Chevaline Haute-Savoie route barrée. 930620

© MAX PPP

>> A lire aussi : comment recueillir la parole d'un enfant ?

• Le frère de Saad al-Hilli entendu comme témoin. Le procureur d’Annecy a refusé d’évoquer le frère du père de famille comme un suspect potentiel. Selon plusieurs sources, Zaïd et Saad al-Hilli étaient en froid pour des raisons d’héritage. "Ce frère s’est présenté spontanément à la police jeudi pour s’enquérir de l’état de son frère", a précisé de son côté le procureur Maillaud."Puis il s’est représenté aujourd’hui [vendredi, NDLR] pour dire qu’il n’était pas en conflit avec son frère. Ce n’est pas parce qu’on dit qu’il y a un litige qu’il devient le suspect numéro un d’un meurtre d’une famille entière. Il n’est inquiété pour rien, et c’est un homme libre", a martelé le magistrat, en confiant toutefois que l’homme devrait être entendu sous peu en qualité de témoin.

>> A lire aussi : la piste d'un différend familial

• Saad al-Hilli inconnu des services. Les informations qui avaient fuité selon lesquelles Saad al-Hilli avait été placé sous surveillance en 2003 lors de l’invasion américaine en Irak sont fausses. "Il est totalement inconnu en matière de terrorisme ou d’anti-terrorisme par les services spécialisés français ou britanniques", a affirmé Eric Maillaud. Pour en savoir plus, il faudra attendre l’enquête sur le sol anglais. "L’enquête de personnalité, tous les éléments sur l’environnement, il faut les recueillir en Angleterre".

Un 4x4 vert et 25 douilles. Le procureur d’Annecy a confirmé mais minimisé le fait que le cycliste qui a découvert la scène de crime avait croisé un véhicule 4x4 de couleur verte. "Mais dans cette région montagneuse, des 4x4, on en croise à tous les coins de rue", a tempéré Eric Maillaud. Par ailleurs, le magistrat a confirmé que près de 25 douilles et non 15, avaient été retrouvées sur les lieux, dont quelques-unes à l'intérieur même du véhicule. Enfin, selon les informations d'Europe 1, le cycliste qui a donné l'alerte aurait également croisé une moto avec le 4/4, semblant revenir de la scène de crime.