Bijoutier de la Marne : "ils en sont venus aux mains"

  • A
  • A
Bijoutier de la Marne : "ils en sont venus aux mains"
@ Capture Google Streetview
Partagez sur :

TÉMOIGNAGES - Des riverains, qui se trouvaient près de la boutique du bijoutier qui a tué son braqueur, racontent la scène.

"Ça avait l’air d’être chaud". C'est en ces termes qu'un commerçant décrit le braquage survenu jeudi dans une bijouterie de Sézanne, dans la Marne ; et au cours duquel le malfaiteur a été tué. Alors qu'il se trouvait sous la menace de l'arme d'un cambrioleur, le bijoutier a en effet répliqué, en tirant quatre balles. Le commerçant a été placé en garde à vue dans la soirée.

>> Le coiffeur situé en face de la bijouterie cambriolée raconte à Europe 1 ce qu'il a pu observer depuis son salon.

"Ils voulaient l'éjecter dehors". Le braqueur est entré vers 16h30 dans la bijouterie Beyle de Sézanne, une petite localité de la Marne, à une cinquantaine de kilomètres de Châlons-en-Champagne. Il a ensuite menacé l'épouse du bijoutier, alors seule dans le magasin, tandis que son mari était à l'étage. Le patron, alerté par les cris de son épouse, est descendu. "Ça avait l’air d’être chaud dans la boutique avec le patron. Ils en sont venus aux mains. Je les voyais derrière la vitre. A priori, ils voulaient l’éjecter dehors", témoigne le coiffeur.

"Ça avait l'air d'être chaud" :



Bijoutier de la Marne : "ils en sont venus aux...par Europe1fr

"Le cambrioleur avait l’arme à la main". Là, le bijoutier aurait fait feu à quatre reprises sur le braqueur. "J’ai vu le cambrioleur qui sortait de la bijouterie pour rejoindre la voiture où son complice l'attendait. Mais quand il a voulu monter dans la voiture, il a démarré et l’a laissé sur place. Le cambrioleur titubait, mais il avait l’arme à la main, et ce n'était pas un pistolet à bouchon, il n'était pas factice", se souvient le coiffeur. Selon les informations d'Europe 1, le malfaiteur était effectivement équipé d'une arme de poing.

"Il y avait du sang partout". "Il avait des convulsions, il y avait du sang partout. Il y avait des impacts de balles sur son corps, une sous l’aisselle, une sur le ventre et il me semble en avoir vu deux dans le dos. J'ai essayé d'aller voir le bijoutier, il m'a dit : 'c'est fermé, ce n'est pas la peine de rentrer'", confie Nicolas, un passant qui a porté secours au braqueur alors qu'il baignait dans son sang sur le trottoir. Malgré l'arrivée des secours, le braqueur est mort sur place, vers 17h30.

>> A lire - Un bijoutier abat un braqueur dans la Marne

"Ça va très vite dans ces moments". L'enquête devra déterminer les circonstances exactes de ce drame pour évaluer si le bijoutier a agi en état de légitime défense. Une caméra de surveillance, présente dans l'établissement, pourrait permettre aux enquêteurs d'en savoir plus sur le déroulement exact des faits. Le coiffeur précise pour sa part qu'il n'a pas entendu de coups de feu. "Je n’ai pas entendu les coups de feu car je travaille avec les portes fermées. Ça va très vite dans ces moments, on ne sait plus si on a rêvé, si c’est un film", assure le commerçant.

"Il a fait ça sous le coup de la panique". Vincent, un client régulier du bijoutier, estime que ce dernier a probablement agi sous le coup de la panique. "C'est quelqu'un de très calme, de très posé, de très mesuré. Il est toujours souriant quand on vient le voir. J'imagine qu'il a fait ça sous le coup de la panique, de la peur. Il y avait son épouse. Je pense que dans ce genre de situation, on n'a pas le temps de réfléchir. Je ne juge pas car je ne sais pas ce que j'aurais fait à sa place.

"Ils ne méritent pas un truc comme ça". Le bijoutier avait déjà été victime d'un braquage en août 2012. Le commerçant n'étant alors pas équipé de moyens de sécurisation de son établissement, les malfaiteurs avaient tout dérobé. "Le bijoutier venait de faire 150.000 euros de travaux, entre la sécurité, les alarmes et les caméras. Il en avait peut être ras le bol. C’est des gens très gentils. Ils ne méritent pas un truc comme ça", confie le coiffeur.

sur le même sujet

L'INFO - Un bijoutier abat un braqueur dans la Marne

ZOOM - Bijoutier de la Marne : déjà une page de soutien

RÉACTION - Le Pen pour une "présomption de légitime défense"

INTERVIEW E1 - "Les vols à main armée contre les bijouteries plutôt en baisse"