Soirées électorales : la fin de Radio Londres ?

  • A
  • A
Net d'Info est une chronique de l'émission Mediapolis
Partagez sur :

Tous les samedis dans l'émission Mediapolis, Claire Hazan revient sur l'actualité et la politique par le prisme des réseaux sociaux.

Soirées électorales : la fin de Radio Londres ?


 

Les réseaux sociaux ont totalement bouleversé le déroulé des soirées électorales. Avant on découvrait les gagnants à la télévision à 20h. Puis jusqu’à récemment les premières estimations de résultats circulent sur Twitter et Facebook bien avant. Cela peut poser problème, à tel point qu’il a fallu changer cette année la loi qui régit le vote.

 

« Le gouda et le fromage hongrois sont en tête des ventes. Je répète, le gouda et le fromage hongrois en tête des ventes ».

 

En 2012, c’est avec ce type de messages cryptés, et le hashtag « Radio Londres » qu’en 2012 les internautes révélaient sur Twitter dès 18h les résultats du 1er tour (vous aurez peut-être reconnu François Hollande face à Nicolas Sarkozy).

Depuis, ce hashtag est devenu un rituel des soirées électorales. Il permet aux internautes et à certains journalistes de contourner la loi électorale. Celle-ci impose aux médias français un embargo sur les résultats jusqu’à 20h, fermeture des derniers bureaux de vote. Cet embargo est censé éviter que les premières estimations (connues en général vers 18h) n’influencent les derniers votants.

 

Oui, repassez-vous le film du 21 avril 2002, mais AVEC les réseaux sociaux. Twitter et Facebook auraient-ils pu envoyer Lionel Jospin au 2nd tour à la place de Jean-Marie Le Pen, en mobilisant les abstentionnistes entre 18 et 20h?

2 heures de battement - 200 000 voix d’écart, des volontaires pour un calcul de probabilité rétrospectif?

 

Sauf que cette année la loi a changé et, en conséquence, Internet va avoir beaucoup plus de mal à obtenir les informations en amont. Dimanche, on continue à suivre le hashtag Radio Londres ou ce sera totalement bidon ?

C’est peut-être bien la fin de Radio Londres, et son arrêt de mort a été signé le 26 avril 2016. Ce jour-là, la loi a été modifiée, justement pour éviter que le scrutin ne soit faussé par les réseaux sociaux. Il aura fallu du temps pour que le monde réel s’adapte aux nouvelles pratiques et aux nouvelles technologies, l’idée est débattue depuis 10 ans !

Désormais donc tous les bureaux de votes, à quelques exceptions près, ferment à la même heure, 19h. Ce qui laisse à peine une heure aux sondeurs pour rendre les premières estimations. Internet aura donc a priori peu d’éléments concrets à faire fuiter avant 20h.

Le hashtag Radio Londres n’est plus, au moins jusqu’à 19h30. Et si vous le voyez frétiller avant cette heure-là dimanche soir sur Twitter méfiez-vous, c’est probablement qu’il est maintenu en vie artificiellement, sous perfusion de blagues potaches et autres fake news.

 

On en revient au bon vieux scénario alors, découvrir les visages des deux candidats sélectionnés pour le 2nd tour à la télévision à 20,  ou presque, parce que là aussi, le timing n’est plus garanti.

Avec cette nouvelle loi, tout le monde est logé à la même enseigne. Internet, radios et chaînes de télévision, qui ne devraient recevoir les premières estimations que très peu de temps avant la levée de l’embargo. Si vous rajoutez à cela l’incertitude quant au scénario du 2nd tour, la multiplicité des combinaisons possibles, d’ici dimanche 20h, on est plus sûrs de rien. Je répète, on n’est plus sûrs de rien.