Emmanuel Macron : entre faux plat et faux pas

  • A
  • A
L'édito politique d'Yves Thréard est une chronique de l'émission Europe 1 bonjour
Partagez sur :

Alors qu'il stagne depuis quelques semaines dans les sondages, Emmanuel Macron tente de revenir au premier plan en dévoilant quelques unes de ses idées.

Macron entre faux plat et faux pas, nous dit ce matin, Yves Thréard.

Oui, ce n’est pas simple de se faire une place entre l’élection de Trump et la primaire de la droite.
Pour Macron, la difficulté consiste à entretenir le désir en faveur de sa candidature alors qu’il ne l’a pas encore annoncée. Dans les sondages, il reste autour de 15% d’intentions de vote, c’est bien, mais il stagne depuis quelques semaines.
Il traverse un faux plat qu’il tente donc de combler en dévoilant quelques-unes de ses idées. Ce qu’il fait cette semaine en accordant une longue interview à L’Obs.
Et là, ce sont les faux pas qu’il convient d’éviter. Comment apparaître original sans décevoir ni déchaîner les critiques ? C’est dur. D’où le procès en déjà-vu qui peut lui être fait.
Ce n’était d’ailleurs peut-être pas très malin de s’adresser à L’Obs, l’hebdo des bobos et de la gauche caviar, image qui lui est aussi volontiers collé au front.

Quelles sont ses propositions ?

Macron fait primer l’individu sur le collectif. Le contraire de l’idéologie dominante à gauche et cela le renvoie immanquablement au libéralisme.
Son projet plaide pour l’autonomie des écoles dès le primaire, une durée du travail à la carte en fonction de l’âge, une retraite à la carte aussi.
Il n’évite pas pour autant les contradictions : il veut donner plus de pouvoir aux syndicats dans les entreprises mais, dans le même temps, souhaite leur retirer la gestion de l’assurance chômage qu’il veut confier à l’Etat.
Il n’évite pas, non plus, les formules creuses et toutes faites pour esquiver une question.
Quand on lui demande pourquoi il réussirait là où d’autres ont échoué, il répond qu’il n’y a pas de « fatalité » ou qu’il a « l’optimisme de la volonté ». C’est un peu court…

Bref, il est temps pour lui qu’il déclare sa candidature…

Ce devrait être entre le 16 novembre et le 10 décembre. Cette annonce sera doublée de la parution d’un livre. Le succès de sa candidature dépendra de ce qu’il en fera et des rebondissements à venir à droite et à gauche. Macron va-t-il rester à la mode ? Toute la question est là, car il est pro Européen, libéral en économie et libertaire sur les sujets de société quand la tendance en France et ailleurs est au rejet de l’Europe, au repli sur soi national et à une pointe d’autoritarisme.