La gauche déboussolée

  • A
  • A
L'édito politique d'Yves Thréard est une chronique de l'émission Europe 1 bonjour
Partagez sur :

Alors que l'on attend toujours l'annonce probable de la candidature de François Hollande pour 2017, la gauche pourrait se retrouver avec pas moins de sept candidats au mois d'avril.

Selon Yves Thréard, la gauche est déboussolée.

La gauche ressemble à une bombe à fragmentation, tout s’éclate de partout.
C’est un homme de gauche sérieux qui s’exprimait ainsi ce dimanche, au micro d’Europe 1 : Jean-Yves Le Drian, qui n’a pas l’habitude de parler pour ne rien dire.
Et comme il a raison quand on voit le spectacle. Le désordre est complet. Les électeurs de gauche doivent s’arracher les cheveux.
Hollande ira-t-il à la primaire ? Mystère.
Macron ira-t-il à la présidentielle ? On finit par se le demander puisqu’il a pris soin de ménager François Hollande ce week-end, en assurant que le chef de l’État ne pouvait être totalement tenu responsable si la courbe du chômage ne s’inversait pas.
À la gauche de la gauche, on n’y voit pas plus clair puisque le parlement du Parti communiste vient de refuser, contre la proposition de son chef, de soutenir Jean-Luc Mélenchon.
Bref, l’électeur de gauche ne sait plus où il habite.

Mais tout devrait être plus simple quand Hollande dira s’il y va, ou pas, le 15 décembre.

Hollande ira sûrement, mais il n’est pas certain qu’il gagne la primaire du PS.
Des sondages le donnent battu contre Montebourg. Hypothèse encore plus forte aujourd’hui puisque les communistes qui ne veulent pas de Mélenchon affirment être prêts, pour beaucoup d’entre eux, à rallier l’ancien ministre du Redressement productif.
Montebourg vainqueur, c’est alors l’assurance de voir Macron se déclarer candidat à la présidentielle.
Au total, il pourrait donc y avoir sept candidats de gauche en avril 2017.
Deux trotskystes, Nathalie Artaud et Philippe Poutou, Mélenchon, un représentant du PC, un candidat écologiste (Jadot ou Rivasi) Montebourg ou Hollande, et Macron.
Sept au total. Ils étaient cinq en 2012 et huit en 2002, quand Jospin ne s’est pas qualifié pour le second tour.

Donc, d’après vous, c’est mathématique, la gauche ne sera pas en finale en 2017 ?

C’est probable sauf si Macron réussit son coup, ce qui serait inédit pour un homme très jeune, inconnu il y a deux ans et sans parti. Mais, si c’était le cas, ce serait une gauche complètement nouvelle qui serait représentée. Et cela signerait vraisemblablement la mort du Parti socialiste tel qu’il existe aujourd’hui.