Vers une crise bancaire ?

  • A
  • A
Les experts d'Europe 1 est une chronique de l'émission La matinale d'Europe 1
Partagez sur :

Axel de Tarlé, Anne Le Gall, Alex Taylor et Antonin André font le point sur l'actualité du jour.

Anne Le Gall

Les instruments de musique du futur, dont on attend une plus grande précision.

Cela fait des siècles qu'on améliore les instruments de façon empirique, soit en modifiant la forme, en ajoutant des trous ou grâce au savoir-faire des luthiers.

Puis, il y eut l'ère numérique.

Désormais, on peut concevoir d’emblée des instruments parfaits par ordinateur. Par exemple, des algorithmes sur le passage de l'air dans un tube permettent à un logiciel de redessiner en 3D  un instrument à vent existant, et ainsi de l’améliorer. Avec cette méthode, des chercheurs du Laboratoire de Mécanique et d'Acoustique de Marseille ont mis au point une clarinette parfaite (avec le  concours du célèbre fabricant Buffet Crampon). Cette clarinette est plus simple à utiliser car elle a moins de trous (18 au lieu de 24) et elle produit autant de notes. Au stade de prototype pour l’instant, il faut que ce nouvel instrument soit adopté par les musiciens, avant d’être commercialisé l'instant, a bien précisé Philippe Guillemain, coordinateur du projet.

A quoi cela sert-il à une clarinette avec moins de trous ? Personne ne s'est plaint de l'ancienne version a priori ?

La clarinette est un point de départ : désormais les chercheurs veulent imaginer d'autres instruments pour le futur. Par exemple, des instruments à vent électroniques, avec lesquels on réglera le volume ou pour jouer silencieusement en portant un casque. C’est déjà possible avec un piano ou une batterie, mais c'est beaucoup plus compliqué à mettre au point avec des instruments à vent, car le souffle du  musicien est très personnel.

Grace à ces travaux, on pourra donc peut-être dans moins de 10 ans, jouer de la trompette ou du saxophone en pleine nuit sans déranger ses voisins.


Axel de Tarlé

La chute des marchés financiers s'accélère partout dans le monde.

Ce matin, la Bourse de Tokyo dégringole de 5,4 %

Est-ce grave ?

Inquiétant : on savait que la croissance de la Chine ralentissait, on apprend maintenant que c’est aussi le cas sûrement en Amérique avec ces mauvais chiffres de l'emploi. Bruxelles de son côté vient de réviser à la baisse croissance en France, passant de 1,5 à 1,3. Preuve de l'inquiétude, les titres des banques dévissent - (BNP - 5 % . DeutschBk - 10 %) et l’on craint des faillites retentissantes. Pas dans les subprimes cette fois, mais dans l'industrie pétrolière ou même dans les pays émergents où les banques ont prêté sans retenue.

Quelle est la réaction des investisseurs ? 

Ils fuient les placements risqués vers les placements jugés sécurisés. L’or a pris + 10 % en 3 semaines. Pour ce qui concerne les dettes d'Etat des pays jugés les pays les plus surs : Etats-Unis, Japon, Allemagne, et dans une moindre mesure en France, la baisse de taux est la règle. Ce taux est même négatif sur 10 ans au Japon. (contre 0,2 en All, 0,6 en France) A l'inverse, les investisseurs fuient les dettes des pays jugés risqués : Portugal, Espagne, Grèce... Il ne faudrait pas que la crise de l'euro se réveille, car avec un taux supérieur à 3 % au Portugal, à 10 % en Grèce, les risques sont grands. Le secteur bancaire a chuté de 30 % à Athènes. La bourse grecque est au plus bas depuis 25 ans, alors que le climat est à la contestation sociale dans les rues d'Athènes.

L'Europe qui est déjà malmenée politiquement, avec la crise des migrants et le démantèlement de Schengen, n'a vraiment pas besoin d'une crise sur sa monnaie.


Alex Taylor

Le retour de l’IRA en Irlande

Pour rappel, Vendredi dernier un incident pour le moins bizarre a eu lieu dans un hôtel de Dublin. Un homme a été tué et on compte plusieurs blessés durant la pesée d’un match de boxe. Six hommes, dont 3 déguisés en policiers et l’un en femme ont ouvert le feu avant de s’enfuir. Une fraction dissidente de l’IRA a revendiqué la fusillade hier matin.

L’IRA existe toujours ?

Officiellement non. Le mouvement « terroriste » ou « militant » qui se battait pour que l’Irlande du Nord largement protestante rejoigne la République d’Irlande a été très présente pendant ce qu’on appelait les « Troubles » des années 70 et 80. Mais en 98 ils ont déposé les armes et signé l’accord de paix entre Dublin, Belfast et Londres. Leurs membres ont rejoint le parti politique Sinn Fein, crédité de 16% aux élections qui doivent avoir lieu dans 3 semaines.

Cependant, il existe toujours plusieurs mouvements dissidents : « IRA neuve », « IRA Véritable » et « l’IRA Continuité ». C’est cette dernière qui a d’abord revendiqué la fusillade, et puis d’autres membres se réclamant du même mouvement ont appelé pour démentir hier soir.

S’il n’y avait pas mort d’homme, cela rappellerait le sketch des Monthy Python dans la « Vie de Brian » – les âpres disputes entre le front du peuple de Judée et le front judéen du peuple.

Quid du Brexit là-dedans ?

Mine de rien, l’Europe a étouffé les haines entre le nord et le sud de l’Irlande. Ces deux régions sont davantage européennes, plutôt que nord ou sud, catholique ou protestante. Sauf si le Royaume-Uni quitte l’Europe, arrachant l’Irlande du Nord au passage. Là nous serons face à deux pays de nouveaux séparés.