Gouvernement : pas de remaniement avant février

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Les experts d'Europe 1 est une chronique de l'émission Europe matin
Partagez sur :

Axel de Tarlé, Anne Le Gall, Alex Taylor et Alexandre Kara font le point sur l'actualité du jour.

Axel de Tarlé, expert économie

Le groupe hôtelier Accor rachète son concurrent canadien "Fairmont" pour 2,5 milliards d'euros. Le Groupe Français devient ainsi un géant mondial dans l'hotellerie de luxe.

Accor était déjà très fort dans l'hôtellerie économique et se positionnait en milieu de gamme supérieure avec ses marques : Ibis, Mercure ou encore Novotel.
Le groupe restait néanmoins un peu à la traine au niveau du luxe. grâce à ce rachat, Accor met la main sur plusieurs très grands hôtels de prestige comme Le Royal Monceau à Paris, Le Plazza hotel De New York. Des hôtels qui facturent près de 1.000 euros la nuit.
Ce secteur du luxe, qui représentait auparavant 15 %, représentera désormais 35 % de l'offre du groupe.

Pourquoi cette montée en gamme ? Quel est l’intérêt de la manœuvre ?

La clientèle d'ultra riche est en constante augmentation. Elle est notamment moins sensible à la concurrence de AirBnb.
Quand vous avez vos habitudes à Plaza de New-York, vous êtes moins prompt à réserver une chambre chez l'habitant sur AirBnb.

Autre Intérêt : être gros, pour être fort !

Dans le secteur de l’hôtellerie, les intermédiaires comme Booking ou Expédia sont omniprésents et n'hésitent pas à faire du chantage.
Pour apparaitre, sur leur plateforme, il faut leur reverser de 20 ou 30 % du prix de la chambre.

Sauf si vous êtes gros, le rapport de force s'inverse et Booking est obligé de vous référencer de la même façon que Carrefour est obligé de vendre du Coca-Cola ou du Danone.
C'est donc l'intérêt de cette acquisition. Avec désormais plus de 500.000 chambres dans le monde, ce qui en fait l'un des tout premiers groupes hôteliers dans le monde, Accor devient incontournable, et est en mesure d'imposer ses conditions à ces intermédiaires sur Internet.


Alexandre Kara, expert politique

A l’Élysée, on a décidé que le remaniement pourrait attendre encore un peu.

Ce n’est plus une priorité pour François Hollande. Dans son entourage, on le dit clairement ce n’est pas ce que les Français attendent donc pas question de se précipiter désormais le remaniement est imaginé pour la fin du mois de janvier.

Pourtant les régionales ne seront vraisemblablement pas un succès pour le gouvernement, il ne faudra pas dans ces conditions en tirer les conclusions ?

Le remaniement devait à l’origine répondre à une problématique simple : élargir l’assise de la majorité gouvernemental en vue de 2017.
Mais voilà, le succès du Front national et les difficultés des Républicains ont changé la donne. Surtout l’Elysée a constaté que l’union de la gauche pour le second tour des régionales c’est réalisé naturellement et surtout facilement, c’est l'un des grand enseignement de ce scrutin pour le gouvernement. Donc un remaniement n’est plus l’urgence.

Qu’elle pourrait être l'ampleur de ce remaniement ? Y aura--t-il beaucoup de changement ?

Non à l’heure qu’il est à l’Elysée, on imagine d’abord un jeu de chaises musicales. Si on excepte Laurent Fabius, annoncé au conseil constitutionnel, il ne devrait pas y avoir de gros départ.
En revanche, il y a des ministres qui devrait changer de ministère, c’est le cas notamment de Christiane Taubira ou de Fleur Pellerin.

Il pourrait y avoir aussi des entrées comme le radical Jean-Michel Baylet, le vert Jean-Vincent Placé ou encore Barbara Pompili et puis un fidèle de François Hollande comme Bruno Leroux pourrait enfin être récompensé de son dévouement à l’Assemblée.

Anne Le Gall, experte innovation

Les maquettes d'urbanisme peuvent sauver des vies.

C'est le cas de la maquette fabriquée récemment par le CNRS de Strasbourg qui fait cinq mètres sur cinq. Elle n'est pas très belle, en plastique transparent.
Cette maquette ne représente aucune ville en particulier mais un quartier lambda de 14 rues.

Pourtant elle est unique au monde et pourrait sauver des vies car elle vise à anticiper les dégâts des inondations dans les villes car on a tous en tête, bien sûr, le bilan de 20 morts dans les Alpes maritimes il ya 2 mois.

C'est une maquette qu'on innonde volontairement ?

Elle est faite pour ça. 14 robinets peuvent être ouverts à tour de rôle pour innonder les rues. Grâce à des caméras et des capteurs à ultra sons, il est possible de modéliser l'écoulement des eaux et d'anticiper anticiper les dégâts.
Une innondation en ville est très complexe selon la longueur ou la largeur des rues, selon les angles des carrefours, les pentes ou encore le revêtement du sol, l'eau ne s'accumulera pas au même endroit.

Cet outil permet donc d'organiser les plans de gestion des risques en ville C'est un outil d'autant plus précieux qu'avec le réchauffement climatique, on le sait, les inondations risquent de se multiplier.