Série télé : "Dark", la rencontre entre un polar nordique et un récit fantastique

  • A
  • A
La série de PPDE est une chronique de l'émission Les petits pas dans l'écran
Partagez sur :

Chaque semaine, à 19h35, Clémence Olivier décortique les séries qui font l'actualité. Ce samedi : "Dark", une série allemande diffusée sur Netflix.

C'est une série hybride. Un étrange mélange des genres. Dark, la première série allemande produite par Netflix, disponible depuis décembre sur la plateforme de streaming, tient à la fois du polar nordique et du récit fantastique.

Elle se déroule à Winden, une petite ville allemande située en bordure de forêt et proche d'une immense centrale nucléaire. Une commune qui en 2019 est le sombre théâtre de mystérieuses disparitions, notamment celle d'un garçon de 12 ans qui se volatilise alors qu'il accompagne un groupe d'ados près d'une étrange grotte. De quoi susciter la crainte et l'interrogation de quatre familles. Car 33 ans plus tôt, en 1986, un jeune garçon avait également disparu dans les mêmes circonstances mystérieuses.

Bien plus "dark" que Stranger Things. À première vue, la série fait immédiatement penser à une autre fiction dans laquelle il est question de surnaturel, de forêt inquiétante et d'enfants disparus : Stranger Things. Comme sa cousine américaine, Dark, qui propose des allers-retours entre plusieurs époques, joue aussi avec les codes des années 1980. Les enfants de Winden époque 1986 se baladent à vélo, sont affublés de blousons colorés et dans leur walkman tournent en boucle des tubes rétro.

Mais la ressemble s'arrête là. Car Dark est beaucoup plus sombre. L'atmosphère est froide et chargée. La lumière rare. Ce qui donne à la série un côté polar nordique. Aussi, la bande son omniprésente, avec les compositions de Ben Frost et la musique d'Agnès Obel, accentue cette impression.

Une série qui prend du temps à s'installer. Pour adhérer et se laisser happer par la série, il faut également plus de temps que cela n'était le cas pour Stranger Things. D'abord car il faut s'y retrouver parmi le nombre important de personnages mais aussi car Dark est une série très complexe. Chaque épisode nous livre des clés mais ce n'est qu'au bout d'un certain moment que l'on comprend leur utilité.

Une réflexion sur l'existence. Pour autant, la série mérite que l'on persévère. Malgré des dialogues parfois faibles, elle se distingue par une sublime photographie et par un casting de choix. Surtout, elle nous fait voyager à travers les époques et par ce biais nous pousse à une véritable réflexion autour de la notion de temps et d'existence.

Un drame humain. Son autre force est de parler avec justesse des hommes et de leur nature. Comment la violence appelle la violence, comment les regrets poussent à certaines actions et comment les mensonges, les passions s'infiltrent dans nos sociétés. Au fil des épisodes, les liens entre les habitants de Winden se dessinent, les secrets éclosent, et l'on comprend qu'au delà du fait divers se joue un drame profondément humain.