Série télé : "Irresponsable" et follement drôle

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
La série de PPDE est une chronique de l'émission Les petits pas dans l'écran
Partagez sur :

Chaque semaine, à 19h35, Clémence Olivier décortique les séries qui font l'actualité. Ce samedi : "Irresponsable", une série française diffusée sur OCS go.

C'est une chronique de la vie normale, quelques grains de folies en plus. Irresponsable, dont la saison 2 est disponible depuis fin février sur OCS Go, raconte l'histoire de Julien, 31 ans, un adulte au look d'ado, sans boulot ni argent, qui retourne vivre chez sa mère, à Chaville, commune proprette de banlieue parisienne. Ici, il erre, joue à la console et fume des joints pendant que sa mère lui fait ses lessives.

Jusqu'au jour où il tombe sur Marie, son amour de jeunesse, qui lui apprend qu'elle a un fils de quinze ans, Jacques, dont il est le père. Un choc pour Julien qui va assumer à sa façon sa nouvelle paternité. Car comme le titre de la série le laisse deviner, le trentenaire n'a rien d'un adulte responsable.

Un père "pote". Pas question pour Julien de changer son mode de vie. Plus qu'un père, il est donc un copain pour Jacques avec qui il fume du cannabis et fomente les pires bêtises sans toutefois assumer totalement son oisiveté. Face à Marie son ancien premier amour, sa mère et les gens en général, il ment comme il respire, c'est à dire tout le temps, et se prend fréquemment les pieds dans le tapis. Evidemment, cela donne lieu à des situations rocambolesques, souvent très amusantes. Comme lorsque qu'en saison 1  Julien assiste avec son fils à une réunion parents-profs qui va rapidement tourner au vinaigre ou quand en saison 2, il joue le père idéal devant les parents de la petite-amie de Jacques.

Sébastien Chassagne parfaitement crédible. Dans le rôle de ce trentenaire décontracté, l'acteur Sébastien Chassagne (aperçu dans les séries Transferts et Quadras) est parfaitement crédible. Il est agaçant mais ses côtés maladroit et looser le rendent profondément humain. Le reste du casting, notamment Marie Kauffman qui joue l'ancienne copine de Julien ou Théo Fernandez en adolescent souvent plus mature que son père, sont aussi très justes d'autant qu'ils sont portés par des dialogues, très bien écrits.

Un humour décalé. Surtout, la série se distingue par son ton particulier. Elle reprend à la fois les codes de la comédie et ceux de la comédie romantique, car entre Julien et Marie, tout n'est pas vraiment fini. Les épisodes courts - ils font 26 minutes - sont bien rythmés. Aussi, l'humour y est clairement décalé. Il est à la fois transgressif sans être gras, et surtout il parle aux trentenaires, jeune quadras et grands ados d'aujourd'hui...

Entre comédie et drame. Mais Irresponsable séduit également par ses parenthèses plus dramatiques qui font se muer la série en chronique sociale. Dans la saison 1, on comprend que Marie, la mère de Jacques a dû renoncer à sa jeunesse pour s'occuper de son fils. En creux, il est donc question de la difficulté d'être une mère célibataire. Dans la saison 2, le personnage de la mère de Julien, dépressive et totalement accro à son fils gagne aussi en épaisseur. Mais l'apprentissage de la sexualité, l'amour, l'abandon sont encore quelques uns des sujets évoqués dans la série.

De manière générale, si les épisodes sont inégaux, la première saison et encore plus la deuxième, plus chorale, sont particulièrement réussies. Surtout, Irresponsable nous prouve qu'il est encore possible de rire de bon cœur devant une série française.