Un smartphone pour détecter les contrefaçons bio

  • A
  • A
Innovation est une chronique de l'émission La matinale d'Europe 1
Partagez sur :

Anicet Mbida nous offre chaque matin ce qui se fait de mieux en matière d'innovation.

L’innovation. Anicet Mbida, bonjour ! On fait déjà beaucoup de choses avec nos téléphones portables. Bientôt, on pourra aussi vérifier que l’on n’a pas affaire à une contrefaçon, ou que des fruits sont réellement bio par exemple.

Oui, grâce à l’institut Fraunhofer en Allemagne. Ils ont réussi à transformer la caméra de nos téléphones portables en caméra hyperspectrale.

Qu’est-ce qu’une caméra hyperspectrale ? C’est une caméra qui donne la composition chimique de ce qu’elle voit.

On l’utilise par exemple pour détecter certains pesticides, certaines maladies dans les fruits et légumes. Donc vous imaginez l’intérêt si on pouvait l’avoir dans la poche.
Le problème, c’est que ce genre de caméra coûte entre 100 à 200.000 €. Eh bien, on a trouvé une technique pour obtenir des résultats équivalents avec une simple application sur téléphone portable.

Il y a juste une application à lancer, pas de petit appareil à brancher ?

Non rien. On prend son téléphone, on pointe l’écran et la caméra sur ce que l’on veut analyser. C’est important que ce soit la caméra en façade, car l’écran doit éclairer le produit en rouge, vert, bleu pour pouvoir donner sa composition.
On pourra vérifier, par exemple, qu’une bague est vraiment en or. Ou qu’une voiture n’a pas été accidentée : on analyse la peinture et on vérifie qu’elle est exactement la même partout. Donc qu’il n’y a eu de retouches, pas d’accident.

Elle est disponible cette application, on peut la télécharger ?

Pas encore. Il faut d’abord constituer une base de données de tous les objets de référence. Sinon quand on pointera une pomme, il ne donnera que du jargon technique.
Mais en principe, l’application devrait être disponible d’ici la fin de l’année. Elle devrait s’appeler HawkSpex. On aura l’occasion d’en reparler.