Un laboratoire au bout des doigts

  • A
  • A
Innovation est une chronique de l'émission La matinale d'Europe 1
Partagez sur :

Anicet Mbida nous offre chaque matin ce qui se fait de mieux en matière d'innovation.

L’innovation ce matin, ce sont des gants qui analysent, tout seuls, ce que l’on touche.

Oui, ils seront bientôt utilisés par les services de sécurité. Vous savez quand on prend l’avion et que les agents passent un petit coton sur les coutures de votre sac pour détecter les explosifs. Eh bien demain, ils passeront tout simplement leur doigt. Et le gant enverra une alerte s’il détecte un produit dangereux. En fait, c’est comme si l’on avait un mini laboratoire d’analyse au bout des doigts.

Un laboratoire, ça prend un peu place comment on a réussi à le mettre sur des gants ?

 Des ingénieurs de l’université de San Diego aux États-Unis ont mis au point une technique pour imprimer des circuits électroniques, donc des capteurs, directement sur le latex de gants jetables. Pour cela, ils ont utilisé une encre à la fois conductrice et élastique. Comment ça marche ? On frotte son index sur une surface. Ensuite, on le tapote sur son pouce. Et si le composé chimique est présent, un courant se crée qui envoie une alerte. Le système a donc l’avantage d’être portable rapide et moins cher qu’un gros appareil de laboratoire.

Et c’est tout aussi efficace ?

Oui, tant qu’on a imprimé le bon capteur. Et, je le disais, il va être utilisé par les services de sécurité des aéroports pour détecter des armes chimiques comme le VX qui a servi à assassiner Kim Jong-nam, le demi-frère du leader nord-coréen en février. Donc c’est une bonne nouvelle : on va détecter beaucoup plus de substances dangereuses rien qu’avec des gants.