Premier meeting d'Hillary Clinton après son malaise

  • A
  • A
En route pour la Maison-Blanche est une chronique de l'émission Europe soir
Partagez sur :

La candidate démocrate revient sur le devant de la scène après son malaise lors des cérémonies du 11-Septembre.

C'est reparti pour Hillary Clinton. La candidate démocrate vient faire son premier meeting, en Caroline du Nord, à Greensboro, depuis son malaise du 11 septembre et cette fameuse vidéo où on la voit tituber. Il s'agit de sa grande réapparition publique. On ne l'a pas vue depuis dimanche, depuis qu'elle s'est montrée brièvement pour montrer qu'elle allait mieux.

Réapparition publique après son malaise. Hillary avait disparu, cloîtrée dans sa maison près de New York pour se reposer et soigner sa pneumonie. Alors ce show "Hillary le retour" va se passer sur le campus verdoyant de l'Université de Greensboro. Le meeting doit commencer après 22 heures, mais il y a déjà du monde. Il y a une petite file d'attente qui se forme là devant, à l'entrée de la salle. On se met à l'ombre pour se protéger du soleil assez fort. Je vous rassure : l'événement aura lieu à l'intérieur, pas à l'extérieur. Pas de risque de coup de chaud, donc, pour la candidate.

Un meeting très important. Parmi les premiers arrivés, il y a Randy avec son tee-shirt "I am with her" ("Je suis avec elle", en bon français). C'est le slogan de ses supporters. Et Randy est venu tôt pour être dans les premiers rangs et pouvoir bien la regarder et la pousser. Il a en effet bien conscience de l'enjeu très fort de ce meeting. "Je pense qu'elle va devoir montrer un peu d'énergie sur la scène. C'est important. Le monde entier va regarder, alors je prie pour qu'elle fasse un bon meeting aujourd'hui (jeudi). Elle va être regardée sous toutes les coutures. Je suis sûr que Trump va commenter ça sur Twitter. Mais je pense que les antibiotiques ont fait leur travail. Ça va aller !", dit-il. 

Le thème de l'intervention de la candidate n'est pas encore connu. Les détails sur le meeting ont d'ailleurs été communiqués très tard. Visiblement, son équipe a attendu d'être sûre qu'Hillary Clinton soit remise pour organiser ce retour sur le terrain. Mais vous avez entendu Randy, on va moins l'écouter que la regarder et cela agace pas mal de ses partisans. Cette femme par exemple, qui préfère insister sur l'importance d'avoir une femme à la Maison-Blanche. J'ai parlé avec Kim, assise dans la file sur son fauteuil pliant, avec porte-boisson, elle a tout prévu : cette maman de deux garçons en a assez qu'on lui parle de la santé de sa championne.

"Ce qui compte, c'est ce qu'elle dit". "Je ne pense pas qu'elle va s’effondrer. Ce n'est pas la dessus qu'il faut se concentrer. Quand Roosevelt était président, il était en fauteuil roulant mais ça ne faisait pas de différence. Il était toujours brillant et maintenant, oh mon dieu, elle tousse et ça y est, c'est la fin du monde ! Ce qui compte, ce n'est pas qu'elle tousse entre deux phrases, c'est ce qu'elle dit".

Mais, si elle tousse, on peut d'avance savoir que ce sera effectivement commenté, décortiqué, analysé et exploité par ses adversaires. Donald Trump, lui a d'ailleurs publié son bilan de santé jeudi. Il l'avait promis et il l'a fait. Dedans, on apprend notamment qu'il prend des médicaments anti-cholestérol, qu'il est en surpoids, qu'il fait exactement 107 kilos et qu'il est globalement en très bonne santé. Et si vous voulez être rassurés, sachez que parents sont morts à 90 ans !