Débat de la présidentielle américaine : Trump moqué pour ses mots en espagnol

  • A
  • A
En route pour la Maison-Blanche est une chronique de l'émission Europe soir
Partagez sur :

Les quelques mots en espagnol du candidat républicain à la Maison-Blanche n'ont pas échappé aux humoristes.

Après le troisième et dernier duel télé entre Trump et Clinton, l’heure est au bilan. Et si le candidat républicain, à la traîne dans les sondages, empêtrés dans les scandales sexuels avait besoin de se refaire, il a échoué. C’est un peu l’histoire du type qui remonte une pente, trébuche et dégringole tout en bas. Donald Trump avait plutôt bien commencé son débat grâce à plus de maîtrise qu’au premier et moins d’agressivité qu’au deuxième. Le milliardaire a enfin tenté d’avoir l’air plus présidentiel, il s’est concentré sur le fond avec un discours très conservateur sur les armes et l’avortement et des attaques sur les affaires internationales.

Trump chute après une heure de débat. Mais, au bout d’une heure, patatras, le vrai Donald Trump est revenu. Le modérateur du débat a rappelé que Trump dénonçait tous les jours des élections truquées et il lui a demandé s’il respecterait le résultat du vote. Et en une réponse, Donald Trump a ruiné son débat. Un candidat qui refuse de dire qu’il se pliera à la volonté du peuple, on n’a jamais vu ça. Il devait rassurer, pour élargir sa base électorale, mais il a plutôt réussi à faire fuir un peu plus ces Républicains modérés.

Hillary Clinton plus offensive. De son côté, Hillary Clinton s’est montrée plus offensive que les dernières fois. Elle qui avait, comme d’habitude, beaucoup travaillé pour préparer son débat avait aussi prévu des formules de contre-attaque. Mise en difficulté sur les emails internes à sa campagne révélés par Wikileaks, elle a par exemple accusé la Russie de piratage informatique au profit de Donald Trump. Et quand Trump a réitéré ses critiques sur son bilan de politicienne ces trente dernières années, elle a sorti une tirade bien ciselée : une étude comparative de leur expérience. Tout cela a fini par déstabiliser Donald Trump, qui est redevenu agressif et nerveux. A la fin du débat, il a même fini par l’insulter lorsqu’elle parlait de la réforme de santé. "Quelle méchante femme", glisse Donald Trump, qui ne se sera pas non plus réconcilié avec les femmes.

Trump moqué pour sa phrase en espagnol. En plus des républicains modérés et des femmes, Donald Trump ne s’est pas non plus réconcilié avec les Latinos. C’est la phrase du débat la plus moquée sur les réseaux sociaux et dans les émissions satiriques. En parlant de l’immigration, Donald Trump a utilisé le mot espagnol pour dire des "hommes", "hombres" et cela a fait le bonheur de l’humoriste Trevor Noah. "Nous allons sécuriser la frontière  et il y a des méchants ‘hombres’  qu’on va expulser », a annoncé le candidat républicain. "Ça c’est mon préféré, ‘méchants hombres’ regardez-moi ça Donald Trump hein, on fait ami-ami avec les Hispaniques ? ‘Méchants hombres’ ! Vous avez vu j’ai appris des trucs les gars. J’imagine les Américano-mexicains à la maison : je sais que Trump pense qu’on est des criminels et des violeurs, mais il a dit ‘hombres’ !! Yeaah ! On est peut-être pas si différents !".