New York Times : Donald Trump accusé d'attouchements sexuels

  • A
  • A
A la Une de la presse américaine est une chronique de l'émission La matinale d'Europe 1
Partagez sur :

Deux femmes accusent désormais Donald Trump d'attouchements sexuels dans le New York Times.

Xavier Yvon pour la presse américaine

Cette campagne électorale n’est décidément pas pour les enfants, pour preuve ces nouvelles révélations du New York Times : deux femmes accusent Donald Trump d’attouchements sexuels.

Deux femmes choquées devant leur télé dimanche soir quand elles ont entendu Donald Trump assurer qu’il n’avait jamais agressé sexuellement une femme, qu’il n’avait jamais fait ce qu’on l’entendu dire dans cette vidéo révélée la semaine dernière. Il s’était vanter d’embrasser des femmes sans leur consentement, et les attraper par leur sexe, en utilisant un mot bien plus cru.

Deux femmes choquées parce qu’elles disent avoir précisément subi ce genre d’attitude de la part du milliardaire, elles ont donc contacté le New York Times.

Pour Jessica Leeds, c’était dans un avion en 1978, assise en 1e classe à coté de Donald Trump "il a relevé l’accoudoir et a commencé à me toucher les seins, puis il a passé la main dans ma jupe", "c’était comme une pieuvre" raconte cette femme d’affaire aujourd’hui agée de 74 ans. Elle finit par s’enfuir au bout de l’appareil.
La seconde, Rachel Crooks, dit avoir croisé Donald Trump à la sortie d’un ascenseur de son building à Manhattan en 2005. Elle se présente, lui tend la main, il la retient, lui embrasse les joues, puis la bouche, "ce n’était pas un accident" affirme-t-elle.

Ces accusations sont démenties en bloc par Donald Trump qui va d’ailleurs poursuivre le New York Times. Il a hurlé au téléphone sur la journaliste qui lui demandait sa version des faits, en la traitant de "répugnante". Le milliardaire accuse le New York Times de vouloir l’assassiner politiquement.

Et c’est vrai que Donald Trump a désespérément besoin de convaincre plus de femmes pour garder un espoir de gagner. Il n’a que 28% d’intention de vote dans l’électorat féminin contre 61% pour Clinton.