Exposition universelle ou JO : que veut Paris ?

  • A
  • A
Exposition universelle ou JO : que veut Paris ?
@ REUTERS
Partagez sur :

François Hollande a confirmé la candidature de Paris à l'Exposition universelle et se dit favorable à celle des Jeux Olympiques.

Et si les projecteurs du monde entier se braquaient sur Paris en 2024 et en 2025 ? C'est en tout cas ce qu'espère François Hollande, qui a confirmé jeudi soir la candidature de la capitale pour l'exposition universelle et se dit favorable à celle des Jeux Olympiques. De son côté, Anne Hidalgo, la maire PS de Paris, a déclaré vendredi midi que la décision de se présenter ou non pour les JO 2024 serait précise en janvier, 100 ans après la dernière édition des Jeux d'été en France. Europe1.fr vous explique pourquoi la ville de Paris préfère l'Exposition universelle aux Jeux Olympiques.

Des coûts limités.
Organiser les JO, c'est cher. Très, très cher. Jean-Louis Missika, adjoint à la mairie de Paris chargé de l'urbanisme, explique à Europe 1 : "l'Exposition universelle est beaucoup moins coûteuse que les Jeux Olympiques. Elle serait financée en grande majorité par les grandes entreprises privées. Le secteur privé doit supporter les coûts avec nous. L'argent public ne serait ainsi pas mis à contribution, ou le moins possible". Comprenez : contrairement aux Jeux Olympiques.

Car oui, organiser le plus grand événement sportif au monde peut être un gouffre financier. Vincent Chaudel, vice-président du think tank européen Sport et citoyenneté, détaille à Europe 1 : "Les JO de Londres en 2012 ont coûté trois à quatre fois plus cher que prévu. Mais à Paris, il existe beaucoup d'équipements sportifs adaptés. Récemment, le vélodrome de Saint-Quentin-en-Yvelines a été inauguré. Donc le risque de voir le budget dévissé est maitrisable". Le Parisien estimait mercredi que l'organisation des JO coûterait 12 milliards d'euros. Dans le meilleur des cas.

 >> LIRE AUSSI : JO – Paris doit-il être candidat ?  

Les bénéfices pour la ville.
Organiser les JO ou l'Exposition universelle, c'est s'assurer de belles retombées économiques. "Mais il est difficile de se mobiliser pour ces deux événements. L'Exposition universelle correspond mieux à ce dont la ville de Paris a besoin. Les traces des Expositions précédentes (la dernière remonte à 1900, ndlr), nous les voyons encore : la Tour Eiffel ou le Grand Palais (construites lors d'Expositions précédentes, ndlr) sont des symboles de Paris dans le monde entier", tranche Jean-Louis Missika.  

Mais les Jeux Olympiques permettent aussi de changer le visage d'une ville. Vincent Chaudel prend toujours l'exemple de la capitale britannique : "Londres a transformé tout l'est, qui en avait grandement besoin, grâce aux JO. A Paris, cela permettrait de rénover le réseau de transport. Et construire un village olympique pourrait permettre de les reconvertir en logements. Tout ceci, ce sont des choses qu'il faudra faire de toute façon à Paris." A condition que la mairie et l'Etat acceptent de mettre la main au pot.

Grand Palais 630x420

Le prestige de l'évènement.
Quoi qu'il en soit, les JO comme l'Exposition universelle braqueraient les projecteurs du monde entier sur la ville de Paris. Mais il est difficile de comparer un évènement sportif planétaire comme les Jeux, qui durent 15 jours, et une Exposition universelle qui s'étale sur 6 mois. Jean-Louis Misika concède : "Oui, les caméras du monde entier sont braqués sur vous pendant les JO. Mais on attend plus de 50 millions de visiteurs pour l'Exposition universelle. Et si elle est réussie, ça peut faire bouger toute la ville."

Vincent Chaudel relativise cependant le prestige de l'Exposition universelle. "Si vous n'y allez pas, ça ne vous concerne pas. Les JO sont beaucoup plus populaires. L'événement concerne plus de 200 pays, les téléspectateurs les regardent dans le monde entier. L'impact médiatique est colossal", soutient-il. Alors, JO ou Exposition universelle, la mairie de Paris va devoir trancher. A moins qu'elle ne choisisse les deux !