Loi Travail : quelle suite à la mobilisation ?

  • A
  • A
Loi Travail : quelle suite à la mobilisation ?
@ CHARLY TRIBALLEAU / AFP
Partagez sur :

PROGRAMME - Les syndicats ont organisé mardi leur dernière journée de mobilisation nationale de la saison. Mais ce n’est pas pour autant que la page de la loi Travail est tournée.

La douzième journée de mobilisation contre la loi Travail n’y a rien fait : le gouvernement a décidé mardi de recourir au 49-3 et espère une adoption définitive dans les jours qui viennent. S’ils n’ont pas réussi à faire plier le gouvernement et qu’ils ne manifesteront plus de l’été, les syndicats les plus mobilisés ne comptent pas pour autant lâcher l'affaire. "Même si cette loi est votée, elle sera comme du chewing-gum qui colle aux chaussures du gouvernement", a ainsi prévenu le secrétaire général de Force Ouvrière. La contestation va en effet se poursuivre.

Un meeting mercredi pour clore la séquence. Les opposants à la loi Travail ont déjà prévu de se revoir dès mercredi après-midi lors d'un meeting au gymnase Japy, à Paris. Les sept leaders des organisations syndicales de salariés et de jeunesse mobilisées (CGT, FO, FSU, Solidaires, Unef, UNL et Fidl) y prendront la parole pour dresser un bilan des quatre mois de mobilisation et dénoncer la dernière mouture du projet de loi Travail, qu’ils jugent toujours trop défavorable aux travailleurs.

Rendez-vous vendredi pour préparer la rentrée. Les syndicats mobilisés doivent ensuite se revoir vendredi, cette fois-ci pour préparer la suite et fixer une nouvelle journée d’action à l’automne. "Nous réfléchissons très concrètement à des temps forts à la rentrée", a prévenu mardi le secrétaire général de la CGT, avant d'ajouter : "je vous rappelle qu'il y a des lois qui ont été votées et qui n'ont jamais été appliquées". Mais Philippe Martinez ne compte pas patienter jusqu’à septembre : "on va occuper l'été d'une manière ou d'une autre", avec notamment "d'autres types d'actions".

Plage, montagne : aller chercher les Français là où ils sont. Puisque les Français vont massivement migrer vers le littoral, la campagne et la montagne, les syndicats vont suivre le même chemin pour continuer à faire de la sensibilisation. Ainsi, des opérations péages gratuits pourraient être organisées lors des grands chassés-croisés, avec distribution de tract aux automobilistes. Des opérations de tractage sont également prévues sur le parcours du Tour de France, tandis que la caravane des saisonniers affrétée chaque année par la CGT aura pour mission supplémentaire de sensibiliser les vacanciers dans les stations balnéaires mais aussi à la montagne.  

Ne pas lâcher les membres du gouvernement. Les opposants à la loi Travail comptent aussi se rappeler au bon souvenir du gouvernement : Force Ouvrière envisage notamment de perturber les déplacements des ministres prévus tout au long de l’été. C’est ce qui est arrivé à Manuel Valls, sifflé vendredi lors de son passage à Montpellier.

François Hollande pourrait, lui, avoir droit à un traitement spécial : l’une des idées sur la table est de lui envoyer tout au long de l’été des milliers de cartes postales sur le thème "la loi travail, on n'en veut pas". Il suffirait de distribuer des cartes postales aux Français, les courriers adressés à l’Elysée n’ayant pas besoin d’être affranchis. Le chef de file de la CGT a annoncé la couleur lundi : "le gouvernement n'en a pas fini avec la loi travail".