L'OFCE propose un congé paternité obligatoire et plus long

  • A
  • A
L'OFCE propose un congé paternité obligatoire et plus long
Cette réforme du congé de paternité vise à réduire les inégalités professionnelles entre femmes et hommes
Partagez sur :

L'OFCE propose trois scénarios dans lesquels le congé de paternité peut être obligatoire, rallongé ou partagé avec la mère.

Pour réduire les inégalités professionnelles entre femmes et hommes, l'OFCE propose un congé paternité obligatoire et plus long que les 11 jours proposés actuellement, présentant trois scénarios dans une note publiée vendredi.

Un congé obligatoire et allongé. Rendre le congé paternité actuel de 11 jours calendaires simplement obligatoire entraînerait un coût supplémentaire pour les finances publiques de 129 millions d'euros, portant son coût total à 403 millions d'euros, a calculé l'Observatoire français des conjonctures économiques. S'il était non seulement obligatoire mais en outre doublé à 22 jours, le coût supplémentaire serait de 532 millions d'euros, soit un coût total de 806 millions d'euros.

Un congé égal pour les deux parents. Enfin, aligner sa durée sur celle du congé maternité obligatoire post-natal de dix semaines entraînerait un coût supplémentaire de 1,26 milliard d'euros, soit un coût total pour le congé paternité de 1,54 milliard d'euros. À l'un de ces trois scénarios pourrait s'ajouter la possibilité pour la mère de transférer une partie du congé maternité post-natal au père, ce qui est neutre pour les finances publiques, souligne l'OFCE. Il chiffre le coût actuel des indemnités journalières liées à la maternité à plus de 3 milliards d'euros.

Une réforme pour l'égalité femmes-hommes. Réformer le congé paternité "rééquilibrerait entre les deux parents l'impact d'une naissance sur une carrière", estime l'OFCE. "Associé à l'expansion des structures d'accueil de la petite enfance", ce congé obligatoire et plus long "orienterait les politiques familiales vers l'objectif d'égalité".

Actuellement, les femmes réalisent 71% du travail domestique et 65% du travail familial, rappelle-t-il. "Contrairement aux hommes, elles ajustent leur carrière aux contraintes de la vie familiale", et elles "gagnent en moyenne 25% de moins que les hommes".

Un congé parental déjà réformé. Outre le congé paternité, les hommes ont la possibilité de prendre un congé parental. Une réforme a modifié en janvier 2015 sa durée dans l'objectif, selon le gouvernement, de mieux le répartir entre les deux parents. Il est ainsi passé de six mois à un an pour un premier enfant, à condition que les deux parents le prennent. À partir du deuxième enfant, sa durée est restée de trois ans à condition qu'il soit partagé (deux ans pour un parent, un an pour l'autre).

Mais "le faible niveau de l'allocation ne peut pas compenser tous les freins économiques, sociaux et normatifs qui font que les pères ne prennent pas de congé parental", souligne l'OFCE, estimant que cette réforme est surtout "source d'économies budgétaires", puisqu'elle raccourcit la durée pouvant être prise par les mères.