Nathalie Kosciusko-Morizet

Nathalie Kosciusko-Morizet

Nathalie Kosciusko Morizet échoue lors du premier tour de la primaire Les Républicains avec 2,6% des suffrages. 

Sa date et son lieu de naissance. Née le 14 mai 1973 à Paris dans le 15ème arrondissement, NKM est âgée de 43 ans.

Ses fonctions actuelles. Députée de l’Essonne, Présidente du groupe Les Républicains au Conseil de Paris.

Son parti. Les Républicains ( vice-présidente déléguée de l’UMP puis des Républicains de 2014 à 2015).

Son parcours. A 43 ans, Nathalie Kosciusko-Morizet, dite NKM, a déjà un long parcours derrière elle. Cette dernière n’a pas fait l’ENA mais une autre grande école tout aussi prestigieuse puisqu’elle rentre à 19 ans à Polytechnique. Dans la foulée, elle devient à 29 ans députée de l’Essonne, avant d’être nommée de 2007 à 2012 secrétaire d’Etat puis ministre du développement durable, des transports et du Logement. C’est à cette occasion qu’elle lance notamment le Grenelle de l’Environnement avec Jean-Louis Borloo, l’un des thèmes qui l’a révélera au grand public. Parallèlement, en 2008, celle que ses concurrents appellent “l’emmerdeuse”, est élue maire de Longjumeau, dans l’Essonne. En 2014, elle échoue face à Anne Hidalgo pour devenir maire de Paris et préside aujourd’hui le groupe Les Républicains au Conseil de Paris.

Son résultat à la présidentielle de 2012. Elle n’était pas en lice. NKM était alors porte-parole du candidat Sarkozy.

Sa vie privée. A 24 ans, NKM rencontre lors d’un stage à l’ambassade de France à Varsovie son futur mari, Jean-Pierre Philippe, un homme de gauche, âgé de 42 ans, divorcé et père de trois ans. Ensemble, ils auront deux enfants Paul-Elie et Louis-Abel. Celle qui est passionnée de natation annonce son divorce en mars 2016 dans les pages du magazine Elle. Fan de musique classique, la candidate pourra toujours se consoler en jouant de la harpe ou du violoncelle qu’elle affectionne depuis longtemps.

  • SA PRIMAIRE 2017

Son résultat. Elle échoue lors du premier tour de la primaire Les Républicains avec 2,6% des suffrages. Elle apporte son soutien à Alain Juppé pour le second tour du 27 novembre.

Comment elle s’est déclarée. Adepte des symboles, NKM s’est déclarée candidate à la primaire de la droite et du centre le 8 mars 2016, lors de la Journée des droits des femmes. C’est sur le plateau du 20 Heures de TF1 que la patronne de l’opposition à Paris a confirmé sa candidature. “Je suis candidate pour donner à chacun la maîtrise de sa vie”, a-t-elle déclaré. Après une course difficile aux parrainages, la candidature de NKM est validée par la haute autorité le 14 septembre.

Son signe distinctif. Pour obtenir ses parrainages, NKM n’a pas hésité à brandir la menace d’une primaire sans femme candidate, qui “serait désastreux”. Et de fait, cette dernière est bien la seule femme candidate de cette primaire de la droite. Mais, la condition féminine de NKM n’est pas son seul signe distinctif. Ecartée des instances dirigeantes en décembre dernier, elle défend aussi un programme qui se démarque de la ligne droitière du parti. Avec deux marottes : l’écologie et le numérique.

  • C' ÉTAIT SON PROGRAMME POUR 2017 EN CINQ POINTS

Une chambre de citoyens virtuelle. La députée de l’Essonne veut la création d’une chambre de citoyens virtuelle, permettant à chaque Français de proposer directement une réforme”. “Au-dessus de 500.000 signatures en ligne”, un projet de réforme serait présenté au Parlement, “qui serait tenu de débattre du texte”.

100 milliards d’euros de baisse d’impôts et de charges. La candidate propose, comme d’autres candidats, “100 milliards d’euros de baisse d’impôts et de charges pour la compétitivité des entreprises” dans le but de “créer un choc de compétitivité dans notre pays”. Elle souhaite aussi “un statut plus simple” et “plus protecteur pour le travailleur indépendant”.

Une flat tax. Pour NKM, les “nouvelles sécurités” impliquent notamment la mise en place d’un impôt simple et juste”, c’est-à-dire une “flat tax” ou “impôt proportionnel individualisé”. “Cette réforme est une réforme sociale”, assure ainsi NKM.

Une nouvelle allocation familiale. Son objectif : “rebâtir la politique familiale” en versant aux parents une allocation de ressources dès le premier enfants et jusqu’à ses dix-huit ans. Une allocation qui serait augmentée entre les 14 et 17 ans de l’adolescent. NKM veut aussi “rétablir l’autorité de l’école”, avec l’autonomie des établissements et “l’excellence à l’université”, avec la sélection.

Rendre le salafisme illégal. C’est l’un de ses combats : “rendre le salafisme illégal”. “Neutraliser ce qui nourrit Daech et lutter contre la radicalisation, c’est rendre le salafisme illégal et faire naître un Islam de France, respectueux de la République”, avait-elle notamment affirmé, cinq jours après l’attentat de Nice, le 14 juillet 2016.

Partagez sur :
Les derniers articles