Antoine Duléry : "Je n'ai jamais travaillé aucune imitation, c'est un don"

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :

Invité d'Isabelle Morizet, le comédien a raconté comment plusieurs artistes l'ont poussé à présenter un spectacle d'imitations, sa spécialité.

INTERVIEW

Une fois, dans un studio de radio, Antoine Duléry a fait croire qu'il était Patrick Chesnay, une autre fois, en appelant Belmondo, il s'est fait passer pour Claude Rich. Son premier rôle pour Claude Lelouch a aussi été celui d'un imitateur. Le comédien, doué pour les imitations, exerce désormais son talent en scène, à la Gaîté lyrique, jusqu'au 31 décembre, avec le spectacle Antoine Duléry nous refait son cinéma, dans lequel il croque les plus grands du septième art. Invité dans l'émission Il n'y a pas qu'une vie dans la vie, sur Europe 1, il a raconté qu'il avait mis dix ans pour oser se lancer sur les planches.

"Tous ceux qui m'ont fait". Il prend tour à tour la voix de Serrault, Belmondo, Piccoli… "Je rends hommage à tous ceux qui m'ont fait. C'est tous ces acteurs-là qui m'ont fasciné. Je n’imite que les gens que j’aime. C’est un don, je n’ai jamais travaillé aucune imitation. Il faut simplement que je m’intéresse à l’autre, connu comme inconnu." Sur scène défilent alors une vingtaine de monstres sacrés du cinéma, à travers lui. 

"J'hésitais, j'avais le trac". Jean Dujardin a été l'un des premiers à le pousser à se lancer en solo. Mais le projet a longtemps été reporté. "J’hésitais, j’avais le trac, je ne savais pas comment le faire (...) J’ai commencé à faire très jeune ces imitations mais je me suis dit que si je ne faisais que ça, j'allais être considéré comme un imitateur et je n'allais pas faire de cinéma. Après, on a commencé à me connaître, dieu merci, comme acteur", raconte Antoine Duléry.

Entendu sur Europe 1
J’ai arrêté Agatha Christie qui cartonnait et je me suis mis en danger

"Fais-le sinon tu le regretteras toute ta vie. Muriel Robin et François Berléand le poussent alors dans ses retranchements. "Muriel m’a dit 'maintenant qu’on commence à te connaître comme acteur, c’est vraiment con que tu ne fasses pas quelque chose de ces imitations'. J’ai arrêté Agatha Christie qui cartonnait et je me suis mis en danger. J’ai fait exprès d’arrêter pour me mettre dans le vide. Je n’avais plus d’excuse." Le coup de grâce vient un jour où il croise Stéphane Guillon qui lui demande où en est son projet de scène avant de lui asséner : "Fais-le sinon tu le regretteras toute ta vie." 

Antoine Duléry contacte alors l'auteur de Florence Foresti, Pascal Series et le spectacle est monté sur l'idée de Dujardin. Le pitch : Antoine Duléry est invité à dîner chez Fabrice Luchini avec Patrick Chesnais et Daniel Prevost. Il n'arrive pas à se décider à rentrer chez lui malgré les appels de sa femme et se met à évoquer les grands acteurs qui l'ont inspiré. "Belmondo est venu quatre fois" me voir, conclut-il avec fierté.