Suède-Suisse : qui est le favori ? Cinq infos pour faire vos pronostics

  • A
  • A
Suède-Suisse : qui est le favori ? Cinq infos pour faire vos pronostics
@ JORGE GUERRERO / AFP
Partagez sur :

La Suède et la Suisse, deux outsiders du Mondial, s’affrontent mardi à 16 heures à Saint-Pétersbourg dans un huitième de finale de Coupe du monde indécis.  Victoire, nul, défaite : à vos pronos !

Sur le papier, ce n’est certes pas le huitième de finale le plus alléchant de la Coupe du monde. Mais la Suisse comme la Suède sont sortis qualifiées de la phase de groupes, avec même une première place à la clé pour les Suédois, et une deuxième place, derrière le Brésil, pour les Suisses. Et les deux équipes doivent saisir la chance qui leur est donnée d’atteindre un quart de final de Mondial, un stade que ni l’une ni l’autre n’ont rejoint depuis de longues années.

Un bilan équilibré. Dans leur histoire, Suisses et Suédois se sont croisés à 29 reprises, pour un bilan quasiment équilibré : 11 victoires pour les premiers, 10 pour les secondes, et 7 matches nuls. Leur dernière confrontation remonte à 2002, difficile donc d’en tirer quelque enseignement que ce soit. A noter que c’est la première fois que les deux équipes se rencontrent lors d’une phase finale d’une grande compétition internationale.  

Un passé compliqué en Coupe du monde. Les deux équipes ont l’occasion de rallier les quarts de finale, qu’elles n’ont pas vu depuis plusieurs décennies. La dernière fois pour la Suède, c’était en 1994 aux Etats-Unis, avec même une troisième place finale. Depuis, deux huitièmes de finale en 2002 et 2006, et pas d’autres participations à la Coupe du monde. A noter que la Suède disputera son cinquantième match de Coupe du monde. Elle est la 11ème à atteindre ce stade, et seul le Mexique a disputé plus de rencontres sans remporter le titre suprême.

Quant à la Suisse, elle n’a plus atteint les quarts de finale d’une Coupe du monde depuis… 1954, année où elle organisait la compétition. Depuis, elle a perdu trois fois en huitièmes, (1994, 2006, 2014), sans parvenir à inscrire le moindre but.

Mais des sacrées références pour la Suisse… Même si la "Nati" ne fait clairement pas parler d’elle, elle peut se targuer d’une sacrée solidité. La Suisse n’a ainsi perdu qu’un seul de ses 25 derniers matches, en éliminatoires de la Coupe du monde, contre le Portugal. Et lors de ces qualifications, elle a remporté neuf victoires en dix rencontres. Et puis il y a eu cette phase de poule maitrisée, avec en point d’orgue un match nul (1-1) contre le Brésil et une victoire solide contre la Serbie (2-1). S’appuyant sur un bloc solide, la "Nati" compte sur les fulgurances de Xhaka et Shaqiri.

…Comme pour la Suède. La Suède aussi peut se targuer de solides références récemment. Lors des qualifications pour la Coupe du monde, elle a terminé deuxième, derrière la France. Logique donc. Et elle s’est payée le luxe de priver l’Italie de Mondial en barrages. Surtout, les Blagult (Les Bleus-Jaunes, en suédois) ont terminé premiers de leur groupe qui comptait quand même le Mexique et l’Allemagne. La Suède s’est certes inclinée contre la Mannschaft (2-1) à la dernière minute, mais ne méritait probablement pas de connaître un tel sort.

Des absents de poids. Le match pourrait se jouer sur les suspensions. Les Suisses n’ont ainsi pas été très disciplinés pendant les poules, puisque deux d’entre eux ont récolté deux cartons et sont donc privés de cette rencontre. Il s’agit de deux cadres, deux défenseurs, Fabian Schär et surtout le capitaine Stephan Liechsteiner.  Côté suédois, le coach Janne Andersson devra se passer de Sebastian Larsson, l’expérimenté défenseur, habituellement titulaire.