Le "World Wide Web" a 30 ans : au fait, c'était comment de surfer à l'époque ?

, modifié à
  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :

Le 12 mars 1989, l'ingénieur Tim Berners-Lee inventait le principe du web. Une équipe de développeurs a mis au point une copie à l'identique du premier navigateur, pour mesurer le chemin parcouru.

Joyeux anniversaire le web ! Ce 12 mars marque les 30 ans de l'invention du "World Wide Web", une révolution informatique qui a bouleversé nos vies, pour le meilleur et pour le pire. Pour l'occasion, des développeurs ont recréé le tout premier navigateur web de l'histoire. Une expérience ouverte au public et qui vaut le clic de souris

Le web d'il y a 30 ans, reproduit à l'identique. Mais avant, un peu d'histoire. Direction l'année 1989 : Apple est une entreprise qui va mal, les téléphones portables pèsent encore plusieurs kilos et "Facebook" n’est encore qu’un trombinoscope en papier. Mais, en Suisse, dans les laboratoires du CERN, le Conseil européen pour la recherche nucléaire, un homme s’apprête à changer le monde. Il s’appelle Tim Berners-Lee. C’est un ingénieur britannique, et le 12 mars 1989, il invente le principe du "World Wide Web", un réseau mondial de partage d’informations. Le célèbre "www", synonyme aujourd'hui d’Internet pour le grand public, était né.

Aujourd'hui, il est donc possible de revivre les débuts balbutiants du web. Pour fêter les 30 ans de cette révolution, le CERN a invité des développeurs à recréer Nexus, le tout premier navigateur web, lancé en 1990. Grâce aux technologies d'aujourd'hui, ils ont pu "émuler", c'est à dire reproduire cette antiquité et la faire fonctionner comme à l'époque. Le site est ouvert au public (vous pouvez y accéder ici) et chacun peut s'amuser à faire ses petites recherches comme les pionniers du web grand public il y a 30 ans.

La page d'accueil d'Europe 1 aurait été bien terne si elle avait existé il y a 30 ans.

Un outil plus mémoriel que fonctionnel. La première chose qui frappe, c'est l'aridité de ce navigateur : pas de couleurs (au mieux, il y a cinq nuances de gris), du texte écrit tout petit partout et pas la moindre image pour égayer tout ça. Quant au menu utilisé pour naviguer, il est pour le moins archaïque. Pour accéder à un site, la marche à suivre est peu intuitive : vous cliquez sur "Document", puis "Open from full document reference", puis vous rentrer l'adresse complète du site, avec le "http://". Par exemple, pour accéder au site d'Europe 1, tapez "http://www.europe1.fr". Vous pourrez bien lire nos articles du jour mais dans un confort tout relatif…

Même si Nexus peut vous servir de navigateur, son utilisation est donc assez complexe. Oubliez la fluidité de Google ou Firefox, sur Nexus toute recherche se mérite. C’est assez troublant : alors qu’aujourd’hui on navigue à vue, en utilisant de simples mots-clés, à l’époque il fallait choisir d’emblée ce qu’on voulait consulter. Du coup, la difficulté rend l’expérience un peu lassante au bout de quelques minutes. Mais c’est assez vertigineux de voir les progrès accomplis en 30 ans et cela permet de garder en mémoire comment tout a commencé.