Comment Google Maps va intégrer les retards et la fréquentation des métros et des bus

, modifié à
  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :
À Paris, Marseille, Lille et Bordeaux, il sera bientôt possible de connaître les heures de pointe dans les transports en commun ainsi que le retard en temps réel, en cherchant son trajet sur Google Maps.

Il est déjà le service de cartographie le plus complet et le plus pratique mais Google Maps s’enrichit encore. Désormais, dans le calcul des trajets en transports en commun, le GPS le plus utilisé au monde va intégrer les retards en temps réel et la fréquentation. Jusqu’ici, Google Maps n’intégrait que les travaux ou les arrêts fermés.

Cette mise à jour doit permettre aux utilisateurs d'anticiper encore mieux leurs trajets. Sur chaque ligne que vous aurez à emprunter, Google Maps présentera un petit graphique, comme celui indiqué sur les pages des magasins, avec les heures de pointe et les heures creuses de chaque ligne. On pourra notamment savoir s'il est possible de s'asseoir. Quant au retard en temps réel, il sera affiché en rouge et compris dans le temps de trajet. Ce nouveau service a été lancé dans 200 villes, principalement aux États-Unis. En France, il va bientôt être mis en place, pour les bus et les métros, à Paris, Bordeaux, Lille et Marseille.

Des données en pagaille

Pour parvenir à offrir ces informations, d'ordinaire réservées aux opérateurs des bus et métros, Google se base sur les données. Le géant américain a passé des mois à collecter des données sur la fréquentation et la ponctualité des transports en commun de centaines de villes. La majorité de ces données a été renseignée par les utilisateurs eux-mêmes, via des questionnaires où Google leur demandait d'évaluer le taux de remplissage de leur bus ou leur rame de métro, ainsi que le retard accumulé.

Grâce à ça, Google a pu obtenir tout un tas de statistiques sur les transports en commun du monde entier. On a par exemple appris que la ligne 13, cauchemar des Parisiens, est la 5ème ligne de métro la plus fréquentée au monde ! C'est même la seule ligne européenne présente dans le Top 10 des lignes les plus fréquentées, seulement devancée par quatre métros sud-américains. Au-delà de ces stats, tout cela va permettre à Google Maps d’affiner encore plus précisément ses propositions d’itinéraires, en fonction de l’heure et de la ligne empruntée.

Ligne 13

Qwant Maps, l'alternative respectueuse de la vie privée

On ne présente plus Qwant, le moteur de recherche français qui ne collecte pas nos données personnelles. Toujours dans l'optique d'offrir une alternative à Google, il vient de lancer Qwant Maps, son propre GPS, basé sur un logiciel de cartographie en open source. C’est un premier jet, tout n’est pas encore au point, notamment les trajets proposés. Mais Qwant Maps, pour l'instant uniquement disponible sur ordinateur, se révèle fluide et simple à utiliser.

La promesse de Qwant reste la même : Qwant Maps ne collecte pas nos données de trajets. On peut tout de même conserver ses préférences pour les trajets réguliers, afin de les garder en mémoire. Dans ce cas, les données sont stockées directement dans le téléphone et pas sur un serveur à distance. Ce ne sera jamais aussi riche que Google Maps, mais ça vaut le coup d’essayer.