Amazon veut ouvrir 3.000 magasins sans caisse d'ici 2021

  • A
  • A
Amazon a ouvert son premier magasin Go à Seattle début 2018.
Amazon a ouvert son premier magasin Go à Seattle début 2018.
Partagez sur :
Amazon prévoit d'étendre largement sa chaîne de magasins sans caisse Amazon Go. Dix seraient ouverts d'ici la fin de l'année, et 3.000 fin 2021.

Après l'inauguration de son deuxième magasin sans caisse Amazon Go à Chicago lundi, le spécialiste du ecommerce Amazon ne compte pas s'arrêter là. Selon les informations de l'agence de presse Bloomberg, il prévoit d'ouvrir 3.000 magasins d'ici à la fin 2021, soit dans trois ans. Avec une telle implantation, il deviendrait l'une des plus grosses chaînes de "convenience store", ces magasins de proximité qui vendent de la nourriture et pourrait concurrencer la chaîne 7-Eleven. Plusieurs options seraient encore sur la table concernant le concept exact des magasins.

Devenir une des références en la matière. Avec ces magasins sans caisse, Jeff Bezos souhaiterait bouleverser le marché de la pause déjeuner et des achats dans les épiceries de proximité. Deux options sont encore sur la table : poursuivre avec le concept actuel des magasins Amazon Go, qui proposent des produits frais, mais aussi une sélection de produits 'd'épicerie' et des boissons, à la façon d'une supérette, ou se rapprocher du concept de la chaîne Prêt à Manger qui propose, elle, uniquement des produits pour le déjeuner. Si la première option était choisie, elle signerait définitivement l'entrée d'Amazon dans le monde de l'épicerie. La firme deviendrait même l'une des plus grosses chaînes aux États-Unis. Avec un objectif de 3.000 magasins selon Bloomberg, elle pourrait en effet s'implanter aux États-Unis, mais aussi, probablement, à l'étranger.

Déploiement très rapide. Le développement de la chaîne pourrait d'ailleurs s'effectuer très rapidement. Alors que seuls deux magasins sont ouverts pour le moment, dix pourraient être prêts d'ici à la fin de l'année et 50 seraient implantés près des grandes stations de métro fin 2019. Contacté par Bloomberg, Amazon n'a pas souhaité faire de commentaires. Lors d'un événement organisé à Washington la semaine dernière, Jeff Bezos, le fondateur et PDG de la firme, s'était cependant dit "très intéressé" par les magasins 'physiques'. En 2017, il avait déjà officialisé le rachat de la chaîne de supermarchés bio WholeFoods, très bien installée aux États-Unis. Il a également développé des librairies, comme celle qu'il a implantée à New York il y a un peu plus d'un an.

Une technologie longue à maitriser. Amazon s'est lancé dans le monde des épiceries sans caisse début 2018 avec l'inauguration de son premier magasin à Seattle, non loin de son siège social. Après une longue période d'expérimentation (le projet avait été annoncé en 2016), et un retard important dû à des problèmes avec la technologie de reconnaissance des achats réalisés par le client, la firme a finalement inauguré un second magasin, à Chicago, en début de semaine. Les problèmes sur les technologies nécessaires à l'implantation de telles boutiques et notamment tous les capteurs nécessaires pour détecter ce que prend chaque client semblent donc résolus, permettant ainsi de penser à la suite.