VIDEO – France-Allemagne : la frayeur d’un parachutiste qui a frôlé les spectateurs

, modifié à
  • A
  • A
Greenpeace
Un militant de Greenpeace a atterri sur la pelouse, avant France-Allemagne. © Matthias Schrader / POOL / AFP
Partagez sur :
L’avant-match de France-Allemagne, mardi soir, à Munich, première rencontre des Bleus dans l’Euro, a été marqué par l’irruption d’un parachutiste sur la pelouse, pas du tout prévue au protocole. Il s'agissait d'un militant de Greenpeace, qui a été interpellé. Mais avant d'atterrir, l’homme a frôlé l’accident, en percutant le câble de la caméra aérienne.

L’avant-match de France-Allemagne a été animé par les 14.500 spectateurs présents à l’Allianz Arena de Munich, mais pas seulement. Un homme dans un engin de type ULM a également fait irruption dans le stade. L’image a échappé aux télévisions françaises en raison de la coupure pub, mais le parachutiste a frôlé l’accident. Il a en fait percuté les câbles de la spidercam, caméra permettant d’avoir des plans aériens de la rencontre.

Le militant rapidement interpellé

Il s'agissait en fait d'un militant de l’ONG Greenpeace, voulant marquer les esprits en atterrissant sur la pelouse. Sur sa voile, était écrit "Kick out Oil", "dehors le pétrole", en anglais. Mais il a frôlé la catastrophe, en passant très près des spectateurs présents en tribune. Au moins une personne en tribune, légèrement sonnée à la suite de l'incident, a été emmenée par les soigneurs, et le militant a été rapidement interpellé. Il a depuis été placé en détention et est en cours d'identification, a indiqué un porte-parole de la police de Munich. Il a depuis été placé en détention et est en cours d'identification mardi soir.

"Cet acte inconsidéré - qui aurait pu avoir des conséquences très graves pour un grand nombre de personnes présentes - a blessé plusieurs personnes assistant au match qui sont désormais à l'hôpital", a déclaré l'UEFA dans un communiqué, sans préciser le nombre de personnes touchées, ni la gravité de leurs blessures.

Une bosse pour Didier Deschamps

Le sélectionneur français Didier Deschamps a confié en conférence de presse s'être fait une bosse sur la tête parce qu'il a heurté le banc de touche en se mettant à l'abri au moment de l'irruption de l'engin. "Au départ je pensais que c'était quelque chose de prévu. Oui, on a frôlé le drame, ce n'est pas passé loin. Sur le banc avec Guy (Stéphan, son adjoint ndlr) on s'est réfugié un peu", a-t-il commenté.

La Fédération allemande (DFB) a également condamné l'incident après le match : "Cette personne s'est mise elle-même en danger et en a blessé d'autres. De notre point de vue c'est inacceptable. [...]Les conséquences auraient pu être beaucoup plus graves", a déclaré après le match le porte-parole de la DFB Jens Grittner.

Les excuses de Greenpeace

"Cette action n'a jamais eu l'intention de perturber le jeu ou de blesser des gens. Nous espérons que personne n'a été blessé sérieusement. Nos actions sont toujours pacifiques et non violentes. Hélas, tout ne s'est pas passé comme prévu", s'est justifié Greenpeace mardi soir sur Twitter, disant être "désolée".

Europe 1
Par Léa Leostic, avec AFP