Victoire des Bleus en quart de finale du mondial de basket : "Il y a de quoi être très fier de ces garçons"

, modifié à
  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :
L'ancien international de basket français Laurent Sciarra a réagi mercredi sur Europe 1 à la victoire de l'équipe de France en quart de finale de Coupe du monde, face à des Américains ultra-favoris.
INTERVIEW

"Je pense qu'on ne se rend pas bien compte. Même nous, acteurs du basket français, on ne se rend pas bien compte de ce qui vient d'arriver." Mercredi, quelques heures après l'exploit de l'équipe de France de basket en quart de finale de Coupe du monde, Laurent Sciarra était toujours sonné. L'ancien meneur de jeu tricolore a salué sur Europe 1 les outsiders bleus qui ont réussi à mettre à terre des Américains ultra-favoris. "Il y a de quoi être très fier de ces garçons."

"Tu te dis qu'enfin on est là, on existe"

"On sort une équipe triple championne olympique, championne du monde en titre", a rappelé Laurent Sciarra. Les Français "ont joué comme des chiens, c'est ce qui les caractérise". L'ex-international a notamment apprécié la performance du pivot. "On a un gros [Rudy] Gobert. Et ça, dans une équipe de basket, quand t'as un pivot dominant comme il l'a été, offensivement, défensivement, au lancer-franc, à provoquer des fautes... ça fait du bien. Je n'avais pas vu un pivot français aussi bon depuis Joakim Noah."

Après cette victoire, Laurent Sciarra éprouve aussi du "soulagement". "Pour mon sport, pour le basket. Tu te dis qu'enfin on est là, on existe, et ces garçons sont allés se la chercher donc c'est remarquable." Reste maintenant à ne pas se reposer sur ses lauriers. Vendredi, il sera temps de disputer la demi-finale. "Attention de pas se prendre les pieds dans le tapis contre l'Argentine maintenant", avertit l'ancien meneur de jeu.

"Les Argentins nous ont un peu ouvert le tableau mais s'ils sont là, ce n'est pas non plus par hasard. On va continuer de rêver un petit peu, c'est juste merveilleux de voir enfin notre équipe de basket à ce niveau-là." Pourvu que cela dure.

Europe 1
Par Marie Guidat