Serge Blanco sur le rugby actuel : "Des fois, je me dis que je n’ai pas pratiqué ce sport"

, modifié à
  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :
Serge Blanco, invité de l’émission Face aux auditeurs d’Europe 1, a estimé que le rugby actuel est devenu "rude", au point de lui donner l’impression de ne pas avoir "pratiqué ce sport".
FACE AUX AUDITEURS

La victoire de l’Afrique du Sud à la Coupe du monde l’a montré avec force : le rugby se gagne avant tout au combat. Cette "prime" au physique donne l’impression à Serge Blanco, invité de l’émission "Face aux auditeurs" diffusée samedi 16 novembre à 20h sur Europe 1, de ne pas avoir pratiqué le même sport. "Des fois, je me dis que je n’ai pas pratiqué ce sport. Ce n’est pas en termes de technique, mais en termes de combat. C’est rude. Quand vous êtes au bord du stade, on entend des bruits… Ça me fait mal aux épaules (rires)", a déclaré l’ex-arrière légendaire du XV de France entre 1980 et 1991.

"Je suis plus heureux d’avoir joué au rugby à mon époque"

Mais alors, Serge Blanco aurait-il pu jouer dans ce rugby moderne ? "Je ne sais pas si j’aurais réussi, mais ce dont je suis sûr, c’est que je suis plus heureux d’avoir joué au rugby à mon époque", a assuré le finaliste de la Coupe du monde 1987 avec l’équipe de France (défaite en finale face à la Nouvelle-Zélande, ndlr). "Tout est possible par rapport au fait qu’on soit initié d’une certaine façon. Je n’ai jamais fait de musculation de ma vie, alors que les jeunes joueurs en font maintenant dès 17 ans. Ils sont imprégnés de cette culture. C’est une question d’habitude", a poursuivi Serge Blanco, qui a joué à l’époque où le rugby était encore amateur (il est passé professionnel en 1995, ndlr).  

"Le rugby a changé parce qu’il va plus vite, les règles ont changé. Autrefois, les troisièmes lignes montaient et suivaient la progression du ballon en mêlée, c’était très difficile d’attaquer. On se mettait en profondeur, on fixait, on redressait notre course. On trouve toujours des solutions", a conclu Serge Blanco.