Nikola Karabatic : "On peut se passer de viande même quand on est sportif de haut niveau"

  • A
  • A
Partagez sur :
La star du handball Nikola Karabatic a décidé de se passer de viande afin d'alerter sur le changement climatique. Il raconte son engagement au micro d'Europe 1. "L’idée c’est que tout le monde prenne conscience qu’on est dans un état d’urgence", explique-t-il. 
INTERVIEW

A travers onze défis à réaliser en onze jours, plusieurs personnalités s'engagent pour la planète. Le handballeur Nikola Karabatic, qui a choisi de se passer de viande, raconte son expérience et son engagement sur Europe 1. "J’ai fait ce défi l’an dernier déjà, pour montrer qu’on peut se passer de viande même quand on est sportif de haut niveau. Chacun peut choisir le défi qui lui correspond le plus, moi c’était l’alimentation. L’idée c’est que tout le monde prenne conscience qu’on est dans un état d’urgence, qu’il ne faut pas attendre que d’autres personnes agissent pour nous", assure la star du PSG, lundi matin sur Europe 1. 

Depuis sa création l'an dernier, cette initiative, baptisée #onestprêts, a réuni plus de 400 personnalités (Marion Cotillard, Charlotte Gainsbourg, Alizée Cornet, Norman, Juliette Binoche...). 

"Il faut montrer aux dirigeants qu'on est prêts à changer nos modes de consommation" 

Nikola Karabatic a également son engagement écologique. "Nos modes de consommation ont fait beaucoup de tort à la planète. Si on ne change pas nos modes de consommation ce n’est pas la planète qui va s’éteindre, mais la planète humaine, parce qu’on aura surconsommé ce que la planète nous offre. Si on veut vraiment être performant, il faut aussi agir socialement et aider tout le monde. L’environnement ce n’est pas que la planète, c’est aussi l’Homme", estime le handballeur, avant de lancer un appel aux politiques. 

"Il faut montrer aux dirigeants qu’on est prêts à changer nos modes de consommation, à diminuer notre empreinte carbone. Si j’avais un message à leur passer, c’est que je suis prêt, que beaucoup d’entre nous sont prêts à changer notre manière de vivre et de consommer, même si c’est parfois au détriment de notre confort", poursuit Nikola Karabatic. "J’en ai vraiment pris conscience depuis que je suis papa. Ce serait terrible de transmettre une Terre dans un état catastrophique et un avenir sombre à nos enfants. Les politiques doivent penser à nos enfants. Il faut laisser l’humanité dans le meilleur état possible, et pas dans un état catastrophique."