Manque de diversité dans le football : "Il y a un plafond de verre", dénonce le président de l'OM

, modifié à
  • A
  • A
Jacques-Henri Eyraud, dirigeant de l'OM, était l'invité d'Europe 1 mardi matin. 2:40
Jacques-Henri Eyraud, dirigeant de l'OM, était l'invité d'Europe 1 mardi matin. © BERTRAND LANGLOIS / AFP
Partagez sur :
Jacques-Henri Eyraud, président de l’Olympique de Marseille, regrette mardi sur Europe 1 le manque de diversité non pas sur les terrains de football, mais dans les instances dirigeantes au niveau français et européen. "Il faut changer cela", lance-t-il. 
INTERVIEW

"Lorsque les 25 membres des instances de la LFP s'installent autour d'une table, on voit bien que seuls deux d'entre eux sont, comme on dit, issus de la diversité." Invité d'Europe 1 mardi, Jacques-Henri Eyraud, président de l’Olympique de Marseille, a regretté le manque de diversité au sein des instances dirigeantes du football français et européen. "Il y a un plafond de verre, il faut changer cela", plaide-t-il.

Pape Diouf, premier et le seul dirigeant noir d'un club de Ligue 1

Samedi, il avait co-signé avec Steve Mandanda, capitaine de l'OM, une tribune au Monde. "Comment expliquer que le joueur africain se soit rendu indispensable au football européen alors que le dirigeant africain ou d’origine africaine ne parvient toujours pas à briser le plafond de verre et occuper une place autour de tables encore quasi exclusivement composées de mâles blancs dominants ?", interrogeaient-ils. 

L'OM, "club emprunt de diversité, à l'image du pays", vante son dirigeant, est le seul club de Ligue 1 ayant été dirigé par un président noir. Pape Diouf en a été président entre 2005 et 2009. "Il se définissait lui-même comme une 'anomalie'", rappellent Eyraud et Mandanda dans leur tribune. 

"Il faut faire des progrès au niveau des instances", appelle Jacques-Henri Eyraud sur Europe 1. "Et cela passe par l’éducation. Il faut donner sa chance au talent plutôt qu’aux origines."

Europe 1
Par Laetitia Drevet