Ligue des champions : Lucas, héros de Tottenham au cours d'une folle soirée

, modifié à
  • A
  • A
Lucas buteur face à l'Ajax (1280x640) EMMANUEL DUNAND / AFP
À lui seul ou presque, Lucas Moura a renversé l'Ajax mercredi. © EMMANUEL DUNAND / AFP
Partagez sur :
L'ancien joueur du PSG Lucas Moura a inscrit un triplé et permit à Tottenham de rejoindre la finale de la Ligue des champions aux dépens de l'Ajax (3-2).

On était au-delà du temps supplémentaire depuis une seconde, quand l'attaquant brésilien de Tottenham, Lucas Moura, a frappé le cuir du pied gauche, entre les défenseurs de l'Ajax Amsterdam Matthijs de Ligt et Nicolas Tagliafico, trompant le gardien André Onana d'un tir croisé. 3-2 pour Tottenham. Menés 2-0 à la mi-temps, les Spurs venaient de renverser l'Ajax, vainqueur 1-0 à l'aller, pour se qualifier pour la finale de la Ligue des champions, où ils retrouveront Liverpool le samedi 1er juin prochain, au Wanda Metropolitano de Madrid.

Cette action venait conclure une folle soirée européenne, tout aussi folle que la veille, qui avait vu les Reds de Liverpool écraser le Barça 4-0 après avoir été battus 3-0 la semaine précédente. Et comme mardi soir, où les méconnus du grand public Divock Origi et Georginio Wijanldum avaient été doubles buteurs,  le héros de mercredi a été tout aussi inattendu : Lucas Moura, indésirable au PSG et transféré en janvier 2018…

Ses trois premiers buts en phase finale de Ligue des champions

"C'est impossible d'expliquer ce moment", a-t-il confié au micro de RMC Sport. "Ce sont des moments qu'on cherche, que tous les joueurs cherchent. Depuis que je suis petit, j'ai le rêve de jouer la Ligue des Champions, de la gagner et maintenant j'ai l'opportunité de jouer la finale." Et s'il a cette opportunité de jouer cette finale, Lucas ne la doit qu'à lui-même, ou presque ! Car non content d'avoir inscrit le but vainqueur de son équipe, c'est lui, aussi, qui a inscrit les deux buts qui ont permis à Tottenham de revenir à hauteur en seconde période, alors que le score était de 2-0 à la pause pour l'Ajax après des buts de De Ligt de la tête (5e) et de Hakim Ziyech du gauche (35e) !

"C'est pas moi, c'est l'équipe, on le mérite", a estimé le Brésilien, qui a fait ses classes chez les jeunes avec Neymar. "On était bien en première mi-temps mais on a donné deux buts faciles, on avait des opportunités aussi mais en on n'en a pas profité. En deuxième mi-temps, c'était quarante-cinq minutes où on devait tout donner car c'était le match de notre vie. Et c'est ce qu'on a fait."

La première période nous avait rappelé pourquoi Lucas avait autant irrité les supporters du PSG lors de son passage, entre janvier 2014 et janvier 2018. Doté d'une technique exceptionnelle et d'une vitesse à l'avenant, le Brésilien était aussi souvent raillé pour son manque de clairvoyance dans le jeu. Mercredi soir, en première période, il a encore perdu quelques ballons précieux, sans réussir à se montrer décisif, même si on a relevé une belle inspiration pour Christian Eriksen dans la surface (24e).

Une deuxième mi-temps de folie

Mais ce n'était rien à côté de ce qui allait suivre. Visiblement reboosté par le discours de son coach à la pause, l'Argentin Mauricio Pochettino, lui aussi passé par le PSG (entre 2001 et 2003 en tant que joueur), et libéré aussi de certaines tâches ingrates après l'entrée en jeu de Fernando Llorente à la pause, Lucas a rapidement affolé la défense néerlandaise. Le premier but - son premier en phase finale de Ligue des champions, en 22 matches ! - est un modèle Moura. Après un petit pont de Danny Rose au départ de l'action, Lucas dévie acrobatiquement le cuir pour Dele Alli, lequel tente de se jouer de l'arrière-garde de l'Ajax, mais c'est… Lucas qui, plus rapide que tout le monde, parvient à tromper Onana d'un tir croisée (2-1, 54e).

Quatre minutes plus tard, Lucas fit cette fois étalage de ses talents dans les petits périmètres. Après un ballon mal négocié par le duo Onana-Schöne, Lucas se joue du milieu de terrain danois de l'Ajax, efface Frenkie de Jong, futur joueur de Barça, avant de trouver le petit filet opposé. Du grand art (2-2, 59e). Et, alors que le match aurait pu basculer d'un côté ou de l'autre peu avant (poteau de Ziyech à la 79e, barre transversale d'Alderweireld à la 87e), Lucas allait parachever sa deuxième mi-temps de folie par ce but sur l'ultime offensive des Spurs…

"Ce n'est pas une réponse aux critiques car la critique fait partie du foot", a-t-il encore admis au micro de RMC Sport. "J'ai toujours cru en mes qualités, j'ai toujours su que je pouvais jouer dans un grand club, en demi-finales de Ligue des Champions, en finale maintenant. La critique me fait travailler encore plus, me donne de la motivation. La seule réponse que je dois donner, c'est à mon coach, au président de mon équipe et profiter chaque fois que je suis sur un terrain." Et il est amené à y être une dernière fois cette saison avec Tottenham, le 1er juin prochain, à Madrid, face à Liverpool, en finale de cette incroyable édition 2018-19 de la Ligue des champions.