Ligue des champions : l'OL sauve le nul face au Shakhtar Donetsk

, modifié à
  • A
  • A
L'Olympique lyonnais a montré deux visages, mardi soir face au Shakhtar Donetsk.
L'Olympique lyonnais a montré deux visages, mardi soir face au Shakhtar Donetsk. © JEFF PACHOUD / AFP
Partagez sur :
Dans un Groupama Stadium à huis clos, les Lyonnais ont accroché un match nul face au Shakhtar Donetsk (2-2), mardi en Ligue des champions. Les Rhodaniens conservent toutefois la tête de leur groupe.

C'est un match à l'image même de Lyon depuis ce début de saison : une équipe capable du meilleur comme du pire. Face au Shakthar Donetsk, mardi dans un Groupama Stadium à huis clos, les hommes de Bruno Genesio ont d'abord frôlé la catastrophe, avant de toucher du doigt un nouvel exploit en Ligue des champions, deux semaines après leur magnifique succès à Manchester City. Mené 2-0, l'OL a finalement dû se contenter d'un match nul assez logique (2-2). Un résultat qui lui permet de conserver la tête du F.

Depay sur le banc, Dembélé maladroit. Pour cette deuxième rencontre de C1 de la saison, l'entraîneur des Gones avait fait un choix fort : mettre sur le banc son attaquant néerlandais Memphis Depay, en perte de confiance ces dernières semaines, au profit de sa recrue estivale Moussa Dembélé.

L'ancien joueur du Celtic Glasgow a d'ailleurs été le premier à se mettre en lumière côté lyonnais. Mais son choix face à un Andrei Pyatov sorti des limites de sa surface a été le mauvais : plutôt qu'un plat du pied écrasé, une frappe à mi-hauteur, un lob ou un dribble auraient sans doute pu donner une autre tonalité à ce début de soirée (12e)…

Lyon d'abord dévoré par le Shakhtar. Car à partir de là, ce sont les Ukrainiens qui ont pris le contrôle du jeu, emmenés par leur capitaine Taison. Très juste techniquement, rapide à souhait, et toujours bien placé entre les lignes, le Brésilien a mis au supplice le milieu de terrain rhodanien en première période. 

Quelques huées à la pause. Frappe du même Taison un peu trop molle (16e), superbe volée des vingt mètres de Junior Moraes (21e), frappe du droit de Marlos dans un angle assez fermé (30e)… Longtemps Anthony Lopes a repoussé les tentatives des leaders de la Premier Liha. Mais alors que Lyon semblait à peine reprendre ses esprits, Junior Moraes venait conclure de près un beau décalage initié côté gauche par Taison et relayé par le centre en retrait d'Ismaily (1-0, 44e). Et le silence du Groupama Stadium d'être brisé par quelques huées venues des rares invités présents.

L'OL encore touché en seconde période... Mais Lyon est revenu avec de bien meilleures intentions après la pause. Houssem Aouar a bien cru égaliser en reprenant une tête de Jason Denayer déviée par les gants de Pyatov, avant d'être signalé hors-jeu (50e). Cinq minutes plus tard, la bien trop passive défense de l'OL laissait Junior Moraes inscrire un doublé, sur une merveille de frappe en finesse (2-0, 55e).

...Mais pas coulé. Il a au moins fallu l'entrée de Memphis Depay, à la 63e minute, pour sonner le réveil. Beaucoup plus mobiles, les Lyonnais reprenaient espoir grâce à un centre de Nabil Fekir conclu de la tête par Dembélé, enfin décisif après plusieurs ratés (2-1, 70e). Et le silence du Groupama Stadium d'être à nouveau brisé… TMais cette fois par des chants à la gloire du club local.

Dubois égalise. Un soutien bienvenu pour des Gones qui fonçaient encore vers l'avant. Depay servait Aouar dans la surface. Le jeune milieu de terrain visait alors Léo Dubois, en difficulté jusque-là, mais rageur sur sa reprise du pied droit (2-2, 72e).

Une fin de match folle. Les trente dernières minutes n'ont ensuite été qu'une succession d'occasions : alors qu'Ismaily faisait passer un gros frisson dans le camp lyonnais (77e), Dembélé ratait un énième duel face à Pyatov (78e), Depay s'emmêlait les pinceaux à cinq mètres du but (81e), Fekir croisait trop la 22ème et dernière frappe lyonnaise du match (88e)… Oui, l'OL aurait pu l'emporter, s'il n'avait pas gâché l'essentiel de ses occasions. Il aurait aussi pu tout perdre si la barre transversale n'avait pas repoussé l'ultime tentative de la rencontre, signée Olarenwaju Kayode (90e), dans les derniers instants.

"Je suis satisfait que mon équipe soit revenue à la marque. J'aurais bien aimé que nous concrétisions nos occasions pour mettre le troisième but. Le Shakhtar a aussi eu des opportunités d'en mettre un troisième. C'est donc un résultat équitable", a convenu Bruno Genesio après le match.

Des regrets, mais pas trop. Pour relativiser encore un peu plus ce match nul, le club rhodanien pourra regarder le classement : avec quatre points, les Lyonnais sont toujours en tête de leur groupe devant Manchester City (vainqueur à Hoffenheim 2-1), avant leur troisième rencontre de Ligue des champions, dans trois semaines en Allemagne. Mais avec quel visage ?

*Lyon était sanctionné par l'UEFA pour les incidents survenus le 15 mars à l'occasion d'une rencontre de Ligue Europa contre le CSKA Moscou.

Europe 1
Par Thibauld Mathieu