Les supporters lyonnais font-ils la loi à l'OL ?

  • A
  • A
11:51
© JEAN-PHILIPPE KSIAZEK / AFP
Partagez sur :
Dans Europe 1 Sport ce week-end, les invités de Lionel Rosso ont débattu des tensions opposant actuellement les ultras de l'Olympique lyonnais et les joueurs, se divisant notamment autour de la gestion de la crise par Jean-Michel Aulas. 
ANALYSE

Mauvais résultats en championnat, changement d'entraîneur en cours de saison, graves blessures de Memphis Depay et de Reine-Adélaïde : pour l'Olympique Lyonnais, la saison en cours s'apparente de plus en plus à un chemin de croix. Et alors que la tension ne cessait de monter depuis plusieurs semaines, la qualification pour les 8es de finale de la Ligue des champions a été entachée par des heurts entre joueurs et ultras. La grogne des tribunes avait déjà été au cœur de la décision de Jean-Michel Aulas de se séparer du coach Bruno Genesio la saison dernière. Ce week-end, Lionel Rosso et ses invités d'Europe 1 Sport se sont interrogés sur le poids des supporters à Lyon. 

Pour Laurent Jaoui, de Canal +, une partie des supporters lyonnais ont bien "un pouvoir de nuisance". Revenant sur la fronde des ultras contre Bruno Genesio la saison dernière, le journaliste estime que cette contestation, qui relevait selon lui "presque d'un délit de sale gueule", a "considérablement alourdi le climat autour de l'OL". "Ces supporters là ont bien compris qu'ils avaient un rôle à jouer dans l'écosystème lyonnais", ajoute-t-il, jugeant leur rôle "beaucoup trop important".  

"Les supporters se sentent encore plus forts"

Pour Javier Prieto Santos, journaliste à So Foot, en accordant une forte place aux supporters, Jean-Michel Aulas est "sur la ligne qu'il s'est fixé depuis des années", lui qui a "réouvert le dialogue". Mais, ajoute-t-il, c'est pourquoi "les supporters se sentent encore plus forts. Ils ont obtenu la tête de Genesio, peut-être celle de Marcelo, et Jean-Michel Aulas ne leur ferme toujours pas la porte".

Toujours selon Javier Prieto Santos, les options du président lyonnais sont en effet limitées face aux tribunes. "Le football appartient aux gens. S'il n'y a pas de supporters, pas d'ambiance, le football devient ennuyeux", estime-t-il. Or, "Aulas veut que son stade vibre". Sans compter le fait que l'OL s'est doté il y a quelques années d'un nouveau stade, et que des tribunes vides seraient un échec.

"Pourquoi c'est Jean-Michel Aulas qui doit aller au charbon ?"

Pour Marc Libbra (La chaîne L'Equipe) également, une partie des problème traversés par l'Olympique Lyonnais sont dus à la gestion de Jean-Michel Aulas. "Qu'est ce qu'il fait Juninho?", interroge-t-il, alors que la légende du club, devenue directeur sportif, se fait discrète. "Ils sont dans le dur. Pourquoi c'est Jean-Michel Aulas qui doit aller au charbon?", s'agace-t-il encore.

"Ce qui a fait la force de l'OL par le passé, c'est cette fameuse institution", abonde Laurent Jaoui. Or, aujourd'hui, "on a le sentiment que dès que c'est chaud, Aulas remonte au feu". "C'est déstabilisateur pour les joueurs mais aussi pour les supporters", conclut-il.

Europe 1
Par Antoine Terrel