Ligue 1 : avec le choc contre Lille, le PSG entame une période décisive

, modifié à
  • A
  • A
Layvin Kurzawa Lille PSG 1:29
Layvin Kurzawa devront bien négocier le choc face aux Lillois de Zeki Çelik. © DENIS CHARLET / AFP
Partagez sur :
Le Paris Saint-Germain reçoit Lille, samedi (17 heures) pour le compte de la 31e journée de Ligue 1. Au coude-à-coude à une poignée de journée de la fin, les deux équipes jouent très gros. Pour les Parisiens, ce sommet du championnat est également une répétition avant le choc face au Bayern Munich, mercredi, en Ligue des champions.

Et si le titre de champion de France se jouait sur la pelouse du Parc des Princes à 17 heures ? Ex æquo en tête de la Ligue 1 avant la 31e journée, le Paris Saint-Germain et Lille s'affrontent samedi après-midi dans un sommet déterminant pour la fin de saison. Tombeur de Lyon avant une intense trêve internationale, le PSG, avec Neymar de retour, part comme favori d'un choc comme l'élite en offre régulièrement en cette saison particulière. Quatre équipes sont encore en lice pour le titre, avec l'OL et Monaco en embuscade. Pour le PSG, les prochaines échéances sont cruciales.

Un sommet puis l'Everest

L'entraîneur Mauricio Pochettino, qui a concédé début mars avoir vécu deux premiers mois de "folie" à son poste, n'est pas arrivé au bout de ses peines. Après deux semaines de break international, voilà que se profile une quinzaine en haute altitude pour l'Argentin, qui va lui faire tutoyer l'Himalaya.

Après le co-leader du Championnat, son équipe enchaînera par un quart de finale de Ligue des champions en forme d'Everest face au tenant du titre, le Bayern Munich (les 7 et 13 avril). En y ajoutant le déplacement piège à Strasbourg (le 10), Paris va devoir marcher sur une ligne de crête qui peut faire basculer sa saison. Une seule défaite pourrait être fatale au club, qui veut tout gagner. Mais un sans-faute le rapprocherait de ses énormes ambitions.

"Des matches dont on a rêvé"

Entre peur du vide et attrait d'un quadruplé historique, le défenseur Abdou Diallo a tranché : "ce sont des matches dont on a rêvé ! Il faut le vivre comme ça", a-t-il déclaré au quotidien L'Équipe, vendredi. Contre Lille, le PSG tient l'occasion d'écarter son concurrent le plus coriace sur le plan national, avec sept premiers mois très bien négociés.

Après la démonstration de force à Lyon avant la trêve (4-2), les Parisiens abordent ce choc avec confiance, et des jambes fraîches pour ses cadres sud-américains privés de compétition internationale. "La trêve nous a permis de récupérer un peu, puis de travailler plus dur aussi, pour renforcer notre condition physique. C'est du travail qui va nous faire beaucoup de bien", a assuré le milieu argentin Leandro Paredes.

Neymar affûté, Mbappé émoussé

Le sourire de Neymar, de retour à 100% après une blessure à un adducteur qui l'a laissé un mois et demi à l'infirmerie, a déteint sur le reste du groupe. Le Brésilien, affuté, est attendu comme titulaire face aux Dogues, après avoir avoir rejoué 20 minutes dans le Rhône. Sa présence doit servir de catalyseur pour une équipe qui n'a pas délaissé non plus tous ses soucis. "La trêve internationale nous a fait le plus grand bien, en particulier en ce qui concerne Neymar. Nous sommes très heureux de la forme qu’il affiche et de la façon dont il s’entraine. Il a élevé son rythme de jeu, sa condition physique est bonne. Maintenant, il a juste besoin de jouer", a confié  Mauricio Pochettino en conférence de presse.

Blessés avec leurs sélections, les milieux Marco Verratti et Danilo Pereira sont revenus à la case infirmerie, où Layvin Kurzawa et Mauro Icardi continuent de se soigner. Pour Verratti, l'absence va être prolongée. L'Italien a été placé à l’isolement vendredi car il a été testé positif au Covid-19 pour la deuxième fois en deux mois. Il manquera donc la rencontre contre le Bayern, et c'est une très mauvaise nouvelle pour le PSG. 

Des interrogations pèsent aussi sur l'état de forme de Kylian Mbappé, mobilisé avec les Bleus sur une séquence éprouvante, marquée par un long déplacement au Kazakhstan. Suffisamment pour affaiblir l'attaque parisienne au début d'une période cruciale pour le club ?