Grégoire Margotton : "Je ne crois pas qu’il y ait de désengagement de Mediapro"

, modifié à
  • A
  • A
Grégoire Margotton Europe 1 1:50
Grégoire Margotton était invité vendredi matin sur Europe 1. © Europe 1
Partagez sur :
Mediapro, qui diffuse la Ligue 1 et la Ligue 2, a demandé à renégocier le montant des droits TV, faisant trembler tout le foot français. Grégoire Margotton, commentateur vedette de TF1 et de Téléfoot, a convenu que la situation du diffuseur "n’est pas facile", mais assuré qu'il ne croyait pas à un "désengagement".
INTERVIEW

Mediapro fait trembler le foot français. Le groupe sino-espagnol, principal diffuseur de la Ligue 1 et de la Ligue 2 depuis cet été, a annoncé sa volonté de renégocier le montant des droits TV en raison de la crise du coronavirus, suscitant une vive inquiétude au sein des clubs professionnels. Grégoire Margotton, commentateur vedette de TF1 et de la nouvelle chaîne Téléfoot, lancée en août par Mediapro, a évoqué ce rebondissement vendredi matin dans l’émission Culture médias sur Europe 1.

"Je ne crois pas qu'il y ait de désengagement dans les propos de Jaume Roures (le patron du groupe sino-espagnol) ou de Mediapro. Pour l'instant, ça ne discute pas, mais c'est peut-être le bon moment pour le faire. Ce n'est pas mon rôle de vous donner un avis là-dessus, mais j'espère qu'ils vont discuter. C'est important pour le football français", a jugé Grégoire Margotton.

"Les clubs ont désespérément besoin d’argent"

Mediapro, qui paie plus de 800 millions d’euros par an pour diffuser une grande majorité des matches de Ligue 1 et de Ligue 2, compte renégocier à la baisse le montant de ces droits TV. Mais la Ligue de football professionnel (LFP) refuse pour le moment toute négociation, alors que les clubs professionnels ont perdu des centaines de millions d’euros en raison du coronavirus.

Retrouvez toute l’actu médias dans notre newsletter quotidienne

Recevez chaque jour à 13h les principales infos médias du jour dans votre boîte mail. Un rendez-vous incontournable pour être au point sur l’actu, les audiences télé de la veille et faire un point sur les programmes à ne pas manquer.

Abonnez-vous ici

"Le Covid a changé l'économie des clubs qui ont effectivement désespérément besoin d'argent, et le Covid a changé le spectacle proposé à ceux qui s'abonnent et qui payent tous les mois beaucoup d'argent pour différentes chaînes pour regarder du football. C'est ça qui a changé", a estimé Grégoire Margotton.

"Je crois que dans d'autres pays, entre les détenteurs de droits et les diffuseurs, il y a eu des arrangements, des accords dans cette période différente. Le produit final ne ressemble pas à ce qu'il aurait pu être hors Covid. Peut-être que (Mediapro et la LFP) vont arriver à discuter entre eux."